Histoires de SEL......".B.E.L.L.E de Gap "

venez y mettre l’histoire de votre SEL
jeudi 16 janvier 2003
par Collectif TRANSVERSEL
popularité : 1%

Pour nous rendre à un atelier du premier Forum Social Européen, nous sommes dans le bus qui va de Florence au village de Calenzano.

Je tente de satisfaire la curiosité de mon voisin de banquette, qui est hollandais. Au milieu des bruits du car et des conversations voisines, alors que je suis absorbé par la contemplation des cultures en terrasses et des charmantes chapelles perchées sur les collines à l’entour, il m’adresse à brûle-pourpoint la parole en anglais, tout en mâchant son chewing-gum.

Il me pose sans doute une question sur mon origine et mon appartenance à un système d’échange non monétaire. A son évolution.

Chacun de nous ne voit-il pas ce qu’il aime, ce qu’il désire ou au contraire ce qu’il redoute ; et n’a-t-on pas parfois tendance à répondre aux questions qu’on se pose plutôt qu’aux questions qui nous sont posées ? de zapper de ce qu’on aime à ce qu’on redoute ?

Aujourd’hui, donc, je vous livre …un monologue.

Mais j’espère que demain, nous poursuivrons par de vrais dialogues, entre nous.

Cela peut commencer comme cela en 1997...ou même bien avant .... <<<<<<<<

J’habite une ville moyenne, environ 35000 habitants, dans les Alpes du Sud .

Oui, j’appartiens à un système d’échange local. En 1997, je l’ai fondé avec deux amis en galère.

C’était au temps où de nombreux français prenaient au sérieux, au tragique même, la fracture sociale. Beaucoup en parlaient. Moins nombreux étaient ceux qui voulaient tenter de colmater la brèche… Et les associations caritatives semblaient à quelques uns une réponse inappropriée. D’un côté, de gentils donateurs  ; de l’autre, de pauvres assistés ; s’enlisant de plus en plus dans leur état d’assistés. Que faire ?

Non pas pour eux, mais avec eux !

Oui, Henck, d’abord, donc, tous les trois.

Nous savons ce que nous avons donné à notre BELLE, la Bourse d’Echange Locaux Libres et Equitables.

Comme des chevaux sur un chemin de halage. … et tout suivait. Tous suivaient !

Pendant trois ans, c’était le succès. Les services sociaux nous auraient bien vu faire leur travail…

Oui, mes deux amis en galère s’en sont bien sortis. Créer et animer la BELLE leur a donné une autre image d’eux-mêmes. Ils ont repris contact avec les choses et avec les gens. Ils se sont personnellement transformés, par interactions avec le groupe. Et évidemment par interactions, le groupe s’est transformé. Donc un petit peu la société.

Ce qu’ils sont devenus ?

Ils ont aujourd’hui du boulot. Fondé une famille. Trois enfants.

Ils volent de leurs propres ailes, maintenant, loin de notre ville.

Il faut prendre au sérieux ceux qui affirment que chacun devient peu à peu conforme au regard qui est porté sur lui.

La BELLE ? Non, un peu moins nombreux aujourd’hui.

Tu dis que c’est dans la nature des choses ? Que toute fleur passe par un état optimal puis décline et se flétrit ? Que les organisations sont soumises à cette loi de la vie ?

Mais je te dis - écoute-moi bien - que nous avons cédé volontairement la place, pour que tous ceux qui se présentaient au CA en janvier 2000 puissent y siéger ! Ces adhérents, faut bien qu’ils prennent de l’expérience, des responsabilités !

Non , Henck, je ne crois pas ; tu me sembles bien pessimiste.

Ils ont commencé, sur mon conseil, par réviser les statuts ; le CA est maintenant un comité d’animation, collégial. Il n’y a plus de président. Tout adhérent peut assister aux réunions du CA. J’y assiste souvent. Les fonctions ne sont plus fixées pour l’année.

En effet, les tâches sont réparties entre les volontaires, pour la durée de la tâche.

Ce mode de fonctionnement ?

à mi-distance entre les extrêmes, qui sont pour nous la dictature du volontariat …et le bordel complet ;

on cherche en bordure du chaos ; en cette zone de créativité maximale…

c’est pas facile de s’y maintenir ; c’est comme sur un chemin de crêtes.

Il nous permet de progresser vers une démocratie participative, oui , et continue.

Mais nous avons perdu en efficacité. Et en effectifs.

Tu dis, Henck, que le mode d’organisation, et même le fait que nous nous soyons mis en retrait n’y est pour rien… que même s’il s’agit d’une jeune association, après l’apogée vient le déclin ?

Qu’il vaut mieux ne pas essayer… faut passer à autre chose ?

Tu me rappelles en effet quelque chose : De Gaulle a dit que… il faut lâcher les choses avant qu’elles ne vous lâchent ; il aurait d’ailleurs bien fait de le mettre en pratique.

Tiens, Henck, nous sommes arrivés !

>>>>

Voici ma première contribution. Volontairement succincte. Et un peu impressionniste.

Est-ce qu’elle vous inspire des réflexions
- concernant le peu que je vous ai raconté de mon expérience ?
- concernant votre propre expérience ?

Avez-vous envie de me poser des questions ? Voulez-vous connaître la suite ?

Cette liste est la vôtre. Ce débat est le vôtre.

A très bientôt !

Amitiés,

Jean-Paul, Gap.

dans mon précédent message : > [...]De plus je me propose > de tenter de vous faire partager > notre expérience - promesses, exigences, joies et > difficultés comprises > - d’une petite avancée vers une > démocratie participative et continue. > > Pour amorce d’un débat en ce lieu dédié à celà. > > D’accord ? > > Il suffira que deux ou trois personnes répondent > "d’accord" pour que je commence, sur cette liste, > dès > demain matin ! > > "à demain... si vous le voulez bien" ;-)

===== Jean-Paul Dumas *************** adresse électronique de réponse : jp.dumas05@wanadoo.fr


dans mon précédent message : > [...]De plus je me propose > de tenter de vous faire partager > notre expérience - promesses, exigences, joies et > difficultés comprises > - d’une petite avancée vers une > démocratie participative et continue. > > Pour amorce d’un débat en ce lieu dédié à celà. > > D’accord ? > > Il suffira que deux ou trois personnes répondent > "d’accord" pour que je commence, sur cette liste, > dès > demain matin ! > > "à demain... si vous le voulez bien" ;-)

Si comme Jean-Paul vous voulez nous fire part de vos initiatives , n’hésitez pas ..répondez nous , on vous contactera ...

Daniel D. 20 minutes passés à la mise en ligne du texte de J.P. Dumas...

encore merci .


Commentaires

Logo de DAN
dimanche 23 août 2009 à 15h50, par  DAN

JE SUIS ENCHANTERQUE LA BELLE SOIE EN PLEINE FORME DE LA PAR D UN EX FONDATEUR DE LA BELE DE GAP AMICAL DAN GLORIA MELODIE ET SAMUEL

Logo de Jean-Paul Dumas
mardi 3 juin 2003 à 01h37, par  Jean-Paul Dumas

Extrait de lettre à un ami de la BELLE

En termes un peu impressionnistes, je t’avais déjà parlé de la BELLE,

Bourse d’Echanges Locaux Libres et
Equitables de Gap.

Oui, tu sais, "...ma BELLE"

 ;-))

Tu te rappelles que je l’ai fondée en 1997 comme l’une des réponses possibles
aux appels provenant de personnes en situation d’exclusion, et tu avais
remarqué lors de ta visite son caractère " socio-éducatif ".

Les statuts que j’avais rédigés et fait adopter par la première AG de la
BELLE prévoyaient un CA de 6 à 13 personnes. J’avais expliqué alors qu’au delà de ce nombre, compte-tenu du peu d’expérience associative de la majorité
des adhérents, il serait difficile de travailler efficacement lors des
réunions.

En janvier 2000, 13 personnes sont candidates lors de l’élection au CA.
Il n’y a aucune divergence entre nous, au contraire un large consensus a
été patiemment élaboré sur les finalités poursuivies et les moyens
employés. Après avoir donné naissance à la BELLE et l’avoir portée à
bout de bras pendant 3 ans, je retire donc ma candidature.

Je sentais alors que j’étais sur la pente glissante d’un activisme
débridé et que le groupe était subjugué par ma manière d’être et de
faire : j’en étais le père, le pilier, la locomotive ; j’en devenais le
gourou en toute bonne foi et avec le consentement général.

Trois ans ont passé.

Notre dernière AG a été l’occasion de tirer les leçons de l’expérience :
elle n’est ni totalement négative ni totalement positive :

La moitié des personnes candidates lors des élections de janvier 2000 ont fait preuve de leur vélléité. Elles ne se sont pas représentées.

L’autre moitié a enfin pris en charge, certes de manière moins efficace,tout ce que seul je portais:elles ont bien progressé sur le chemin d’une démocratie participative et continue, dans le sens défini par les travaux du groupe DémocraSEL que j’avais fondé à Salvagnac en 1999 suite à mes observations et mes réflexions
sur ce que j’avais nommé alors "dictature du volontariat" et dans
laquelle, malgré toute ma bonne volonté, j’étais sur le point de succomber.

Mais la dynamique de croissance de la BELLE s’en est trouvée stoppée net.

Il y avait avant ma mise en retrait volontaire, malgré un "turn over"
annuel d’environ 25% des adhérents, une croissance moyenne de 30 % par
an ; ce qui signifie un taux de nouvelles adhésions couvrant plus que
deux fois les départs.
De 2000 à 2003, le "turn over" et les nouvelles adhésions s’équilibrent
à peine.

De nouveaux statuts, adoptés à l’unanimité ayant transformé le Conseil
d’Administration au sein duquel le bureau, élu par le CA, se partageait
les tâches exécutives, en un Collectif d’Animation à responsabilité collective", dont les réunions étaient largement ouvertes à tout adhérent porteur de critiques ou de projet.

J’étais resté très actif dans l’association en ce qui concerne les
échanges et le maintient de la cohésion, mais attentif et muet en ce qui concerne l’expérience en cours.

La dernière assemblée générale m’a vu reprendre la parole.

Puisqu’il n’y avait que cinq candidats aux élections du collectif d’animation, je me suis porté candidat. Du coup, une septième personne nous a rejoint. Elections à l’unanimité, sans surprise. Soulagement général.

Et maintenant ?

Je me retrouve certes au centre de l’association, comme j’y étais il y a
trois ans. Mais j’y suis aujourd’hui entouré de six personnes dévouées, qui ont acquis en trois ans l’expérience et les capacités dont j’avais, par ma
trop grande efficacité, involontairement gêné la croissance initiale.

Je tire une belle leçon de cette expérience collective et personnelle :
nous avons ensemble géré en douceur une petite crise de croissance et
l’association, bien qu’ayant pris du retard dans la progression
numérique prévue, s’en trouve plus mûre.

La BELLE a gagné en qualité ce qu’elle n’a pas gagné en quantité.

Elle n’a rien perdu en route.

Peut-être suis-je trop optimiste ?
Peut-être mon inébranlable confiance en l’homme et en la démocratie est-elle exagére et m’aveugle-t-elle ?

Il faudrait pour plus d’objectivité un regard extérieur.

Seras-tu celui-là lors d’un séjour parmi nous ?

Logo de Collectif TRANSVERSEL
lundi 3 février 2003 à 10h29, par  Collectif TRANSVERSEL

Dans la rubrique "HISTOIRE de SEL"
Que vous soyez membres actifs ou passifs,président, secrétaire , trésorier ou tout simplement vous-même...

Venez raconter comment vous percevez la notion d’ECHANGE ???

Racontez-nous votre propre histoire de SEL... Et venez nous rejoindre au mois d’aout, à la grande rencontre annuelle...
Votre histoire sera la bienvenue....

Amicalement

Daniel Delarasse

Brèves

11 juin 2012 - Un site dédié aux infos sur les monnaies complémentaires

http://www.scoop.it/t/social-currencies Une vrai porte ouverte à toute l’info générée par les (...)

18 septembre 2009 - LE SEL du CANTAL : "FOUCHTRA"

Un des SEL du Cantal s’appelle bien "Fouchtra !", tel 04 71 48 62 93(+ Route des Sels) Pour (...)

29 août 2009 - Les selistes et les partenaires du JEU, invités à se mobiliser en cas de pandémie de grippe A

Comment faire ses courses en cas de grippe A(H1N1) ? Où stocker ses provisions ? Qui appeler à (...)

3 avril 2009 - "Voisins solidaires", les uns des autres

Le 25 mars, la ministre du Logement, Christine Boutin, a lancé officiellement l’opération Voisins (...)

17 février 2009 - C’est le moment ou jamais... ! Les S.E.L.

Un livre écrit le siècle dernier , mais plus d’actualités que jamais...La crise... ! Moi pas (...)