Qu’est-ce qu’un sel

texte de 2001"réflexion"
vendredi 23 avril 2004
par Collectif TRANSVERSEL, Sel37Tours
popularité : 8%

Si je republie ce texte de 2001, c’est que suite à diverses réflexions qui ont eu lieu dans le SEL Pourpre de Bergerac, il me vient à l’idée de reposer la question à vous les participants.
- C’est quoi un SEL.... ???Un club de boulistes ??
- Peut-on produire dans un SEL ???
- etc... Toutes vos réponses , ci dessous pourront être reprises dans un prochain dossier "SELIDAIRE-ECHANGES"

Quand je vois des personnes qui remettent en cause des ateliers de selidaire , tel que l’atelier systémique , je pense sincèrement qu’elles n’ont rien compris au SEL.... Nous sommes dans un monde en mutation et nous devons , au contraire nous servir de ce que l’on appelle : l’Intelligence Collective" Amicalement

Daniel D.

QU’EST-CE QU’UN SEL ?

Tout d’abord ce qu’il n’est pas :
- une association d’insertion
- une oeuvre de bienfaisance Beaucoup de personnes sont très étonnés que nous leur disions ceci lors d’une permanence ou une demande de renseignement. Nous ne sommes pas là pour fournir les produits de première nécessité d’existence. Un SEL est un creuset où chacun apporte son expérience, ses déboires et ses réflexions sur l’économie libérale. Nous ne voulons pas nous couper du monde ou nous vivons mais cherchons un autre angle de pénétration pour nous insérer le plus harmonieusement possible.

Valeur du don.

Dans le don anthropologique il y a 2 principes fondamentaux :
- la valeur du lien est aussi important que la chose à échanger
- dans le don on ne rend pas, mais on donne à son tour Ces deux principes vont induire :
- que l’échange est unique entre deux personnes
- un sentiment d’appartenir à un groupe
- l’émergence d’une solidarité

Le SEL ne fait pas de politique mais est plutôt méfiant vis à vis d’elle, la contestation nous l’apportons à l’intérieur de notre SEL. Notre subversivité reste confinée. Nous refusons l’économie libérale. Nous refusons le rapport que nous avons avec l’argent. Nous refusons le rapport que nous entretenons avec la société de consommation. Et nous refusons les relations humaines issues de cette économie libérale ! Nous recherchons l’ouverture de l’autre de la solidarité, de la Fraternité.

André Fraïoli SEL37-TOURS

nota : ce texte n’engage que son auteur .


Encore un grand merci à André Fraîoli du SEL de Tours.

Daniel Delarasse. avril 2004


Commentaires

Logo de Michel
dimanche 29 juin 2003 à 22h44, par  Michel

En ce qui concerne le SEL d’Amiens, nous avons de la monnaie mais la façon de l’acquérir est radicalement différente de celle de la société en Euros.
Michel

Logo de 8lr
samedi 8 mars 2003 à 21h33, par  8lr

pour moi, le SEL c’est d’abord, l’ensemble des hommes et femmes du groupe local, puis l’absence de monnaie dans les relations de biens ou de service et enfin, l’échange de savoir, savoir faire et du savoir être.
Versus le systeme libéral, je le vois comme un poumon annexe mais dépendant.
10% de SEL sur l’ensemble des mes besoins économiques serait un objectif valable.
Ce qui me géne, c’est le coté qui pousse trop vers le tout alternatif puis, qui débouche sur l’opposition radicale au systeme libéral qui reste la chance actuelle de l’humanité versus le tout récent totalitarisme vistorieux.

Logo de jb
jeudi 23 janvier 2003 à 14h59, par  jb

Bonjour à tous,

Comment le SEL se situe dans la politique et l’économie ? Cest la question qui apparait dans toutes les contributions de ce forum. Certains pour réfuter la politique et l’économie, d’autres pour dire que les SEL sont de fait dans le domaine politique, car ils sont une organisation de la société, et dans le domaine économique, en ce qu’ils sont basés sur l’échange de bien et/ou de service.

Je suis du dernier avis. Oui les SELs font de la politique et oui ils font de l’économie pour les raisons exposées ci dessus.

Mais, alors que la politique et la démarche économique se résume à tort trop souvent à "pouvoir", le SEL à su replacer la vraie valeur au centre des débats : la relation / l’Homme. C’est à dire l’essence meme, l’element de base de nos société.

Ainsi les SEL doivent se poser en tant qu’exemple plus qu’en tant qu’opposant au système. Il sont un perfectionnement de celui ci plut^ot que sa négation.

Logo de Collectif TRANSVERSEL
vendredi 17 janvier 2003 à 11h52, par  Collectif TRANSVERSEL

répondre à un anonyme être humain qui ne veut même pas expliquer ce qu’il ressent ...c’est trop facile ...alors
tant pis pour toi cher inconnu...
Reste MINERAL....
votre.

mercredi 6 novembre 2002 à 15h31

le sel est un minéral.
on vous demande simplement ca, pas des connerie comme:sel37

Logo de fraioli
samedi 13 juillet 2002 à 18h31, par  fraioli

Vous m’excuserez je viens de m’apercevoir que mon texte sur "le sel" était sur transversel ! Texte interne sachez le.
"Les contadictions" je pourrai vous dire : que je suis un être humain ! c’est pas sérieux. Les écrits de chacun de nous quelques fois laissent transparaitre des contradictions...même chez les grands auteurs...
J’ai une expérience c’est celle du SEL37. C’est celle qui m’a formé. Les statuts disent (encore)lutter contre l’exclusion des personnes isolées et démunies..." Je me suis trés vite rendu compte que le Sel37 était un sel social(dans le bon sens du terme) il aidait il soutenait les personnes en difficultés.
La maladie m’a écarté du Sel pendant plusieurs années, j’avais quelques contacts sur le plan national. Et je suis revenu. Et le Sel était toujours un sel social. Là je me suis posé des questions. Le sel était confiné à panser les plaies du quotidien -que le but, l’avenir le "projet de société" était absent.
Pendant de nombreux mois je me suis posé la question sur ma présence au sel.
Puis je me suis décidé de rester et d’en prendre la direction : d’infléchir un sens... politique et non de faire de la politique ! C’est ce que j’ai dit le jour de l’A.G.(une partie est sur le site)
Ca passe, ou je... C’est une révolution !!Et je suis conscient de la future baisse de nos effectifs...

Je suis d’accord que ces genres de jérémiades ne peuvent pas être élucider en qq mots"..mais avec un format A4 plié en deux et d’y mettre un max d’infos..je ne peux pas faire autrement.
et les autres qui suivront seront identiques car c’est une "invite" à un dialogue avec nos sélistes. Créer ou recréer le contact avec nos sélistes m’importe beaucoup.
j’ai en quelques mots tracé mon parcours de séliste. J’espère vous voir à Annecy ! A. F.

Logo de Daniel Delarasse
jeudi 28 mars 2002 à 10h57, par  Daniel Delarasse

Et oui,beaucoup de contradictions dans tout cela.Si l’on considére que la politique, c’est un peu ce qui régit la vie dans la cité alors là les SEL sont pris un peu dans l’étau de la vie politicienne. Quand le secrétariat à l’économie solidaire envoie un délégué à Plazac en aout 2001 afin d’essayer de faire un article de loi permettant de mettre fin à une situation délicate pour des personnes vivant avec des minimas sociaux, on peut penser là que les SEL seront intégrés à une certaine idée politique. Bien sûr cela peut faire peur mais entre nous la reconnaissance de systèmes permettant d’améliorer la vie de personnes en difficultés , peut elle faire peur. Que le RMiste ou le smicard qui sont en réalité dans le même combat social se retrouve au coude à coude peut-il encore faire peur. Alors que le smicard peut dans la société actuelle se retrouver du jour au lendemain dans les conditions de vie du RMiste...d’ailleurs il n’en est en réalité pas très loin.
Et oui , la politique est souvent très proche du citoyen,alors que souvent le citoyen ne se retrouve pas dans les décisions prises en poltique...
à méditer...
à bientôt pour vos réactions.

Daniel Delarasse (SEL 24 Terre et le JEU)

Logo de Michel Ar
lundi 18 février 2002 à 11h21, par  Michel Ar

André Fraïoli semble se contredire en disant que "Le SEL ne fait pas de politique", mais si "Nous refusons l’économie libérale. la contestation nous l’apportons à l’intérieur de notre SEL. Notre subversivité reste confinée."
Cela n’est pas de la politique ?
Il y a des affirmations qui demandent à être expliquées : "Nous refusons le rapport que nous avons avec l’argent. Nous refusons le rapport que nous entretenons avec la société de consommation. Et nous
refusons les relations humaines issues de cette économie libérale !"
Tout cela me semble mal exprimé ! Je sais bien que depuis mai 68, j’entends ce genre de jérémiade, mais cela manque de précision : quel rapport avec l’argent avez-vous ? Et avec la société de consommation ? On ne peut éluder ces questions en quelques mots. Quel impact avons-nous dans la société si soi-disant nous sommes en démocratie ?
Qui nous impose cette économie libérale ? Est-ce une question de mentalité à changer ? Ou une lutte politique, c’est-à-dire citoyenne ?

Brèves

11 juin 2012 - Un site dédié aux infos sur les monnaies complémentaires

http://www.scoop.it/t/social-currencies Une vrai porte ouverte à toute l’info générée par les (...)

29 août 2009 - Les selistes et les partenaires du JEU, invités à se mobiliser en cas de pandémie de grippe A

Comment faire ses courses en cas de grippe A(H1N1) ? Où stocker ses provisions ? Qui appeler à (...)

3 avril 2009 - "Voisins solidaires", les uns des autres

Le 25 mars, la ministre du Logement, Christine Boutin, a lancé officiellement l’opération Voisins (...)

17 février 2009 - C’est le moment ou jamais... ! Les S.E.L.

Un livre écrit le siècle dernier , mais plus d’actualités que jamais...La crise... ! Moi pas (...)

3 mars 2008 - Un SEL par semaine : Le SEL de DIJON

Le SELlier DU DIJONNAIS ACTIVITES du mois de mars 16/03/2008 à 14:00 La BLé* du mois de mars (...)