FAIRE DÉMARRER UN LETS

samedi 16 août 2003
popularité : 77%

De LETS à SEL - TEXTE DE RÉFÉRENCE - Copie intégrale d’un texte diffusé début 1996 par le SEL PYRÉNÉEN / Canterate / 09600 MONTBEL pour susciter le lancement des SEL en France. - Traduction de "The LETS Info Pack" (1994 ) - LETS LINK U.K - 61 Woodcock Road, Warminster Wilts BA12 9HD - Traduction : F. DESPAX - Mise en page ECODEV

DEUXIÈME PARTIE COMMENT FAIRE DÉMARRER UN SYSTÈME LETS

Une procédure simple

LETS peut démarrer avec n’importe quelle personne qui prend le temps de lire la documentation et, ensuite, fait part de cette idée à plusieurs autres personnes. Au premier stade, lisez le contenu de ce dossier, familiarisez-vous avec les concepts et les principes des LETS. Ceci vous sera indispensable chaque fois que quelqu’un vous demandera d’expliquer ce qu’est le LETS et comment il fonctionne.

Communiquer l’idée est chose facile ; choisissez un ou deux articles du dossier et envoyez des photocopies à des amis, des voisins ou des collègues qui sont susceptibles d’être intérressés.

Au stade suivant vous vous réunissez avec un ou deux amis et vous établissez une liste de quelque trente personnes que vous connaissez, habitant la localité ou dans les environs immédiats. Envoyez à chaque personne un article et une invitation à une réunion préliminaire. Si vous ne trouvez pas trente personnes, contactez un journaliste local, annoncez votre intention de créer un système LETS et obtenez une publicité de lancement gratuite. S’il existe un système LETS près de chez vous, demandez que l’on vous envoie quelqu’un qui prendra la parole. A une première réunion, si votre publicité est efficace, vous pouvez avoir entre 40 et 50 personnes.

Même avec un petit groupe, vous pouvez avoir un noyeau solide et enthousiaste pour faire démarrer le système. S’il vous manque certains spécialistes indispensables, le groupe trouvera vite d’autres adhérents possédant les qualifications ou l’équipement (ordinateur, par exemple) requis pour le démarrage. L’on peut trouver d’autres membres soit par l’intermédiaire d’amis ou de relations, soit par le biais des petites annonces, affichettes chez les commerçants… On peut aussi s’adresser aux sociétés locales, aux associations, aux agences pour le développement économique ou communautaire.

Pour la première réunion
- Expliquez (ou faites expliquer par le représentant d’un autre groupe) les avantages et le fonctionnement de LETS, puis répondez aux questions.
- Organisez un échange "pour rire". Donnez à chaque participant une petite liste-type afin de suggérer quelques idées ; puis laissez une dizaine de minutes aux participants pour noter leurs besoins et leurs offres. Il y a généralement une variété d’offres surprenantes. Jouez le jeu (au cours duquel on peut se mettre d’accord sur les premières "vraies" transactions). Après la réunion, selon le jeu, on peut établir une première liste de tous les besoins et de toutes les offres, des copies de cette liste seront distribuées ; le processus sera ainsi enclenché et incitera d’autres personnes à y participer.
- Constituez un premier groupement de gens désireux d’aider à lancer le projet. Voyez quelles ressources et quels savoir-faire existent au sein de ce groupement, et organisez une nouvelle réunion. Si vous avez le temps, décidez de l’attribution de certaines responsabilités.
- Avant la fin de la réunion, demandez à tous ceux qui désirent devenir membres de verser une première cotisation annuelle. Vous pouvez proposer de régler une partie de la somme en LETS, pour que personne ne soit exclu pour une raison financière. Les cotisations servent à couvrir les frais de lancement et d’administration, par exemple les photocopies, impression, timbres, logiciel, selon les besoins. L’importance de la somme dont vous aurez besoin dépendra de ce qui existe au sein du groupe ou de la localité, donc il faut rechercher et utiliser les ressources de la communauté.

S’organiser pour réussir

Nous conseillons d’organiser un groupe de lancement avec au moins six personnes. Un système bien organisé répartit les tâches, et évite de tout faire dépendre d’un seul individu (par exemple il faut partager les tâches les plus importantes : édition de l’indicateur et tenue des comptes). Il est bon également de savoir exactement sur qui compter en cas d’accroc (par exemple, ennuis techniques ou maladie pouvant retarder la parution de l’indicateur)

Les membres du groupe de lancement doivent pouvoir se réunir tous les deux mois lorsqu’ils sont devenus opérationnels, et plus souvent au début. Pour des raisons pratiques, il vaut mieux qu’ils habitent à proximité les uns des autres.

Les réunions du groupe de lancement doivent toujours être ouvertes et accueillantes aux adhérents ; il faut s’assurer ainsi que le système est facilement accessible, capable de rendre des comptes, et ouvert à tout apport. Une fois que le système est mis en place et lancé, le groupe peut adopter une constitution pour aider le système à fonctionner sur des bases solides.

La plupart des groupes comportent un comité à toutes fins utiles compsé de l’équipe administrative, plus des membres ou leurs représentants. Les membres qui ne souhaitent pas assumer d’autres responsabilités peuvent faire part, par cet intermédiaire de suggestions utiles ou de commentaires s’ils sont mécontents de la façon dont le projet est dirigé.

Bien que différentes compétences soient indispensables, dans le cadre de l’administration du projet, les rôles peuvent, dans la pratique, être distribués selon la méthode la mieux adaptée aux intérêts du groupe. Les tâches ne doivent pas forcément être assumées chacune par une personne différente ; par exemple il peut être bon que le responsable de la publicité rédige les tracts, ou encore que la personne chargée des adhésions, ou le coordinateur, soit aussi le trésorier.

Répartissez les charges mais évitez de créer une bureaucratie entraînant un surcroît de travail, des frais ou des lenteurs, en divisant des tâches qui, pour plus d’efficacité, doivent être assumées par une même personne. Ces tâches n’exigent pas de compétences professionnelles ou de spécialisations (il n’est pas nécessaire d’être expert en comptabilité ou en informatique). Il est toutefois utile de pouvoir compter sur une personne compétente en informatique pour établir l’indicateur, ou pour conseiller le responsable de la comptabilité.

TÂCHES AFFÉRANT À L’ADMINISTRATION D’UN LETS

- Coordinateur.

Personne capable de tenir les archives et de suivre les progrès des affaires en cours de résolution.
- tient à jour la liste des adhérents,
- envoie les précisions demandées par les nouveaux adhérents,
- reçoit les demandes et les offres, ainsi que les chèques des adhérents,
- organise les envois par poste.

- Comptable.

Quiconque capable de faire une addition et une soustraction afin de tenir une comptabilité simple, avec ou sans ordinateur.
- reçoit les chèques transmis par le coordinateur
- les porte sur les comptes
- établit les relevés des comptes

- Éditeur de l’indicateur.

Compétente en dactylographie et typographie.
- reçoit les demandes et les offres transmises par le coordinateur
- compile l’indicateur à l’aide d’un ordinateur ou d’un traitement de texte.

- Désigner.

Crée le style et exécute la partie artistique de l’indicateur, des tracts, des chèques.

- Rédacteur.

Ètablit le texte des prospectus, tracts, formulaires…

- Agent de presse et de publicité.

Avis à communiquer aux adhérents (par exemple dates, évènements,1 à 2 pages par indicateur).

- Auxilliaire général

Par exemple faire des photocopies, rassembler des documents, écriture des adresses.

- Trésorier

Responsable des fonds en argent.

- D’autres aides peuvent être utiles :

Organisateur chargé des réunions telles que fêtes, repas communs, et de collecter les fonds par exemples pour des ventes-expositions.

- Aide aux adhérents

Aide les nouveaux adhérents à préciser leurs savoir-faire et à faire fructifier leur temps ; fait part de l’opinion des adhérents, répond à leurs questions.

- Sympathisants actifs Quiconque peut aider à transmettre le message, distribuer des prospectus, coller des affiches, s’occuper des ventes-expositions…

Stades suivants

Le groupe administratif doit tenir sa première assemblée assez vite après la réunion de lancement. Il lui faudra décider définitivement de l’attribution des tâches, adopter une dénomination pour le système et son unité monétaire et se mettre d’accord sur le montant de la première cotisation annuelle à verser pour les adhésions et les frais de transaction.

Ensuite le groupe aura besoin de plusieurs semaines pour se procurer les matériaux nécessaires, (on peut s’inspirer du dossier pour travailler plus vite). À sa deuxième assemblée un groupe actif peut se donner pour objectif d’établir :
- une liste ou un indicateur simple
- des formulaires d’adhésion
- un prospectus ou une fiche d’introduction
- un imprimé destiné à l’accueil des nouveaux adhérents expliquant le fonctionnement du système
- des chéquiers

(N.B Noter soigneusement le temps passé à établir les documents. Ce travail doit être, plus tard, rétribué dans sa plus grande partie à l’aide du compte LETS. Il ne faut pas inscrire au passif des adhérents toutes les dépenses de lancement, celles-ci seront payées progressivement lorsque le système sera bien lancé).

Allez-y !

Amorcez les transactions dès le début. N’attendez pas que votre organisation soit parfaite, car la lenteur pourrait entamer l’enthousiasme de ceux qui souhaitent participer. Le fait que le projet existe et fonctionne aide aussi à faire venir d’autres adhérents. Inutile d’attendre que le logiciel et les documents soient tous disponibles. Par exemple si vos chéquiers ne sont pas encore prêts, des carnets de quittances feront l’affaire.

Les transactions sont souvent lentes durant les premiers mois, ne vous attendez pas à un raz-de-marée. Il faut un certain temps aux adhérents pour s’habituer à l’idée même d’utiliser le système. Il y aura peut-être encore deux obstacles fréquents à surmonter :

- hésitation à demander des services avant d’avoir gagné du crédit. Ceci peut refléter un manque de confiance en soi (par exemple si les adhérents sont au chômage depuis longtemps), ou des habitudes engendrées par le système bancaire traditionnel où les dettes se remboursent avec un intérêt. LETS est différent ; un débit n’est pas un simple engagement à rembourser une dette, il crée un crédit que l’on peut faire circuler et qui engendre un surplus de richesse.

- il arrive parfois que les adhérents attendent passivement qu’on les contacte une fois que l’indicateur est paru.

Dans un cas comme dans l’autre, le petit groupe de lancement peut aider à faire démarrer les transactions de multiples façons :

- en utilisant le bulletin d’information et la lettre de bienvenue aux adhérents afin d’expliquer la différence entre LETS et un simple débit d’argent, et afin d’encourager les gens à se lancer ou agir positivement.
- en se créant eux-mêmes un débit envers d’autres adhérents afin de montrer comment on utilise le système.
- en s’assurant que la première liste présente une proportion harmonieuse de services qualifiés et non-qualifiés, sans oublier les biens.
- en insistant sur les services que, pratiquement, tout le monde peut assurer (par exemple les gardes d’enfants qui sont très demandées).
- en offrant une réduction des frais de transaction durant les premiers mois.
- en allouant un nombre égal de crédits à tout adhérent qui vient s’inscrire (par exemple chacun reçoit 100 crédits)

L’évaluation (de la valeur des biens ou des services échangés) : autre question communément soulevée.

Il importe, dès le début, de fixer la valeur de l’unité interne (qui ne doit pas fluctuer). Puis, et indépendamment, se pose la question de l’évaluation des biens et des services les uns par rapport aux autres. Dans le système LETS nous recommandons la liberté du marché : chaque individu décide du prix de ses différents services. Ceci tient compte des différences de niveau pour un même savoir-faire : un amateur peut mettre cinq heures pour achever un travail qui prendra trois heures à une personne mieux entrainée. Cette évaluation élargit le choix des services, y compris les savoir-faire professionnels, et augmente les transactions, mieux que ne le fait le système du salaire horaire. L’expérience a montré que la liberté du marché interne pratiquée par LETS aboutit à un ajustement des évaluations : au bout d’un certain temps, elles se fixent sur une moyenne. Ceux qui demandent des taux élevés sont amenés à les baisser pour se procurer des transactions, alors que ceux qui demandent des taux inférieurs découvrent souvent qu’ils ont sous-estimé leurs serices et réajustent leurs taux à la hausse.

Si les adhérents hésitent à fixer l’évaluation de leur temps de travail, voici quelques conseils pour les guider :
- consulter l’indicateur pour juger des taux pratiqués.
- employer une méthode purement subjective (par exemple vous demanderez plus pour un travail que vous faites sans plaisir).
- s’inspirer des taux pratiqués dans le secteur (voir par exemple le journal local)
- laisser les prix se négocier.

Autre idée : certains systèmes ont un taux de rétribution standard et facultatif (comme l’équivalent de 50F de l’heure). Ceci peut être adopté comme base au début, tant que les adhérents n’éprouveront pas l’envie d’ajuster leurs taux.

Clés de base de la réussite

Voici une petite énumération de certaines clés de base, établie d’après l’expérience de LETS en Grande-Bretagne.

- RESTEZ BIEN LOCALISÉS

En pratique, le fonctionnement de LETS exige que les adhérents soient géographiquement à proximité les uns des autres et non éparpillés sur des kilomètres à la ronde. Le temps passé et l’argent dépensé en déplacements constituent le principal facteur de limitation, surtout en zone rurale où l’on peut fixer à 15 kilomètres la distance à ne pas dépasser. Il n’est pas nécessaire que les organisateurs fixent une limite ; des gens habitant des secteurs éloignés voudront peut-être devenir adhérents, mais, pour les besoins de leurs transactions ils auront probablement besoin d’aide et d’encouragement (par exemple, une réunion spéciale) à enrôler des adhérents dans leur propre localité. Il peut être commode pour des adhérents effectuant régulièrement un même trajet, par exemple, se rendant à la ville la plus proche, de négocier avec les adhérents habitant cette ville. Ils sont peut-être prêts, également, à aller plus loin pour se procurer des articles ou des services particuliers.

- RATISSEZ LOIN

Le succès dépend aussi de la variété des savoir-faire. Ce qui veut dire qu’il faut atteindre le plus grand nombre de groupes représentatifs de la société locale ; l’idéal est d’abolir les frontières sociales et d’inclure des gens de tous les âges, des gens sans spécialisation ou sans emploi, et des professionnels, des négociants et des travailleurs indépendants. Cherchez à obtenir les services pratiques qui sont toujours demandés (plomberie, réparation de voitures, jardinage, entretien des maisons, soins aux personnes). Le groupe doit penser sa publicité et rédiger ses documents de façon à susciter un vaste intérêt général ; évitez d’employer un langage et des images qui limiteront cet intérêt en ne touchant que quelques spécialistes.

- SOYEZ EFFICACES

Administrez bien votre projet, assurez-vous surtout que l’indicateur paraît régulièrement (par exemple deux fois par mois) et en temps voulu.

- GARDEZ LE CONTACT

Réunir les gens est vital pour permettre aux adhérents de se connaître, pour alimenter et stimuler les transactions. Plusieurs fois par an, on organise des réunions qui peuvent aussi procurer des fonds en argent. Voici celles qui ont le plus de succès :
- soupers et pique-niques à la fortune du pot
- on prend le café ensemble et on apporte des objets à vendre
- troc de vêtements
- diners ou barbecues (les fournisseurs sont payés en LETS)
- stands sur les marchés ou les foires de la localité
- distractions : revues, cabaret, jeux de société, bals, sport
- journées-jardinage : on fait du jardinage en groupe contre un repas gratuit

Une administration simple

L’EQUIPEMENT

Deux éléments de base indispensable :
- Un traitement de texte ou un ordinateur (les petites communautés se contentent d’une machine à écrire.
- Un photocopieur, ou avoir la possibilité d’imprimer à peu de frais, vous pouvez avoir un imprimeur parmi vos adhérents).

Inutile de prendre du retard si vous n’avez pas d’ordinateur ; la première année, toute la comptabilité peut se faire manuellement. On peut enregistrer et imprimer les comptes avec un traitement de texte, ou manuellement à l’aide d’un classeur ou d’un fichier. Un ordinateur permet avant tout de gagner du temps lorsqu’on a une centaine d’adhérents et beaucoup de transactions.

ENREGISTREMENT DES TRANSACTIONS

Nous conseillons vivement l’emploi de chéquiers. C’est simple, l’auteur de la transaction y consigne les renseignements essentiels et le talon peut faire référence. Chaque adhérent met ses chèques de côté et les envoie en une seule fois, avant une date limite. Le comptable rassemble les chèques dans une chemise et les inscrit aux comptes, en une fois, après la date limite.

Modèle de chèque : ménager un espace suffisant pour noter la description du travail effectué, ce qui aidera l’adhérent à vérifier l’exactitude de son relevé de comptes. Si vous n’avez pas d’imprimeur à votre disposition faites vos chéquiers vous-même : collez votre modèle de chèque sur une feuille de papier adéquat, photocopiez et découpez. Pour un carnet de trente chèques achetez une agrafeuse solide ou demandez à un imprimeur sympathisant de vous en prêter une.

Chaque nouvel adhérent reçoit un carnet gratuit, plus petit que les autres, puis il paie les suivants en sterling ou en monnaie interne suivant votre budget.

L’INDICATEUR

Objet essentiel. Il faut le mettre à jour et le publier à intervalle régulier en même temps que les comptes. Bien respecter la date limite : les offres et les avis de réunions seront publiés en temps voulu, les adhérents prendront l’habitude de le consulter et auront confiance dans l’organisation. S’il y a un risque de retard les responsables de la parution devront prévenir le groupe administratif et prendre leurs dispositions pour que la tâche soit achevée par d’autres personnes.

Certains groupes publient un indicateur chaque mois mais ceci entraîne un travail parfois excessif. De nombreux groupes établis depuis plus de temps trouvent plus pratique d’en publier un tous les deux mois : on économise sur les frais d’impression, les affranchissements et le temps passé. La meilleure solution fréquemment adoptée est de publier plusieurs fois par an un indicateur complet et en plus, à intervalle régulier, des mises à jour. Ceci revient moins cher et les adhérents peuvent facilement ajouter ces feuilles de mise à jour à leur indicateur.

Il est important que l’indicateur ait un aspect attrayant : on le lira plus volontiers et il constituera la meilleure des publicités. Donnez-lui une unité de style et d’aspect, comme à une revue, surtout si vous en distribuez des exemplaires aux commerçants et aux sociétés locales.

Donnez-lui un format commode : que l’on puisse le ranger près du téléphone ou le fixer au mur. L’indicateur peut inclure quelques paragraphes sur l’utilisation du système, des avis, des dates limites, même des articles, des coupures de presse, de petits encadrés, des récits ou des illustrations (un très petit format peut convenir aux mises à jour, mais, pour un indicateur principal, il rend la lecture difficile et l’objet s’égare plus facilement).

L’indicateur doit être clair et facile à lire. Ne pas mélanger les services en les présentant par ordre alphabétique mais groupez-les selon les catégories ; annoncez les rubrique en grosses lettres ; faîtes un index de ces rubriques, au début ou à la fin, auquel on se référera sans peine.

Regroupez les services similaires sous la même rubrique, par exemple :
- SANTE
- Massages (aromathérapie)
- Massages (shiatsu)

Les services placés sous la même rubrique peuvent être présentés par ordre alphabétique, par exemple :
- TRANSPORTS (offres)
- Bicyclettes (location)
- Camionnettes de livraison
- Camping-cars
- Honda (à vendre) etc…

- TRANSPORTS (demandes)
- Ouvrier mécanicien auto
- Partage frais de trajet quotidien
- VTT (recherché)

Il vaut mieux réunir sur une même page les offres et les demandes de même catégorie, plutôt que grouper les demandes séparément à la fin de l’indicateur.

Placer les titres des rubriques en en-tête en prenant une page nouvelle à chaque rubrique, et évitez que des mots ou des lettres débordent sur la page ou la colonne suivante.

Utilisez des illustrations et espacez, afin d’aérer les textes et de rendre l’information visuellement accessible. Mais évitez les espacements inutiles, c’est un gaspillage de papier qui augmente les frais.

Dans les annonces de l’indicateur utilisez des lettres ou autres signes précisant par exemple s’il s’agit de compétences semi-professionnelles ou professionnelles, si un adhérent est pressé d’effectuer sa transaction, s’il s’agit d’une nouvelle annonce, si l’annonce n’est faite que pour un temps limité.

Chaque annonce est suivie du nom de la personne, (ou d’un numéro de code lorsque les gens veulent garder l’anonymat), et souvent du nom de la ville ou du village où réside la personne.

Publiez une liste complète, par ordre alphabétique, de tous les noms, localités et N° de téléphone ; placez-la au centre ou après la dernière page de l’indicateur. Si ce dernier est communiqué à des non-adhérents omettez d’ajouter cette liste. Un adhérent peut la trouver facilement et l’afficher à côté du téléphone pour plus de sureté.

Les coûts de fonctionnement

Le système ne fait pas de bénéfices et couvre ses propres dépenses. Il faut avoir une réserve de fonds pour la publicité, les prospectus, l’équipement et les réparations, et une autre pour l’imprévu. Il faut de l’argent pour les dépenses externes (poste, impression…etc)

Ouvrez un compte bancaire d’association pour placer l’argent et les chèques (par exemple le montant des cotisations). Ayez une petite caisse pour les dépenses journalières (timbres). Conservez reçus et factures. Un audit interne doit être éffectué chaque année (par une autre personne que le trésorier) et le rapport du trésorier doit être publié.

Les cotisations sont payables partie en monnaie courante, et partie en monnaie LETS ; la proportion varie selon les circonstances. Au lancement, on a besoin d’une forte proportion de monnaie courante qui pourra être diminuée par la suite. A un non-salarié, on peut proposer de payer seulement une faible proportion en francs, et le reste en LETS.

Les sommes en LETS destinées à couvrir le paiement des tâches administratives sont versées sur un compte "système LETS" séparé. Ce compte sert à payer les personnes chargées des tâches administratives. Il faut gérer soigneusement les sommes versées à ce compte et se préparer à faire de temps en temps une adéquation des frais demandés aux adhérents pour que le système ne fasse ni profit, ni perte. Réduisez le plus possible les coûts de fonctionnement (contrôlez les versements des adhérents et acceptez l’aide des bénévoles). Essayez de fixer un plafond pour les sommes demandées annuellement aux adhérents et utilisez-le comme base pour rétribuer les tâches administratives.

Il arrive qu’un travail supplémentaire soit demandé, par exemple fabriquer les chéquiers ; dans ce cas, le compte LETS reste à découvert jusqu’à ce que le déficit soit comblé.

L’argent LETS alimentant le Compte LETS arrive par trois canaux différents ; en général le canal n°1, plus le canal n°2 ou le n°3.
- Canal n°1 - Droit d’inscription unique, en LETS, lors d’une première adhésion. Cette somme est prélévée sur le compte du nouvel adhérent.
- Canal n°2 - petite taxe prélévée sur chaque chèque versé au compte d’un adhérent.
- Canal n°3 - léger prélèvement effectué sur chaque compte à intervalle régulier.

Questions soulevées par la législation du pays

Impôts sur les bénéfices, taxes professionnelles, T.V.A., voir dossier complémentaire

Elargir votre système

Profitez de toutes les occasions pour faire connaître LETS. Il faut du temps pour que l’idée s’implante dans les esprits et ne vous attendez pas à avoir du premier coup une foule d’adhésions. Au début, remettez à chaque adhérent deux indicateurs, le second étant destiné à circuler.

La presse locale fournit la meilleure publicité gratuite. Les reporters qui viennent vous parler repartent le plus souvent enthousiasmés. Si vous ne savez pas très bienrépondre à certaines questions téléphonez à LETSLINK. Demandez au journaliste de vous lire son article au téléphone afin de corriger toute inexactitude, en cas de difficultés (information erronnée ou déformée) contactez LETSLINK. Si vous avez le temps, vous pouvez préparer à l’avance un papier pour la presse indiquant avec exactitude les chiffres et les phrases à citer. Acceptez de consacrer pas mal de temps à la presse. Essayez de choisir à l’avance cinq ou six personnes prètes à se laisser photographier et à parler un peu de ce que leur inspire le systèmes LETS. Puis laissez la presse téléphoner et enquêter.

Il arrive que par le biais d’un organe de presse, un article paru dans la presse locale arrive jusqu’aux journaux nationaux ; on peut alors vous inviter à la radio ou à la T.V. Dans ce cas assurez-vous au préalable que l’on vous dédommagera pour votre peine et vos frais de transport. Localement, les journaux et les stations de radio ne peuvent pas payer mais acceptent volontiers de parler du projet.

Autres idées utiles :
- Placez des prospectus, des tracts, des indicateurs dans les bibliothèques, les salles d’attente des médecins, les centres communautaires, les magasins, les dépôts de journaux. Affichez des avis, format carte postale à la poste, au supermarché…
- Inventez un slogan et un autocollant qui seront adoptés par toutes les entreprises adhérentes au LETS.
- Organisez des ventes sous diverses formes.
- Interressez les commerçants, les fournisseurs, les petits chefs d’entreprise ; offrez aux commerçants des emballages spéciaux.
- Ouvrez un magasin ; il existe souvent des boutiques inoccupées que les organisations sans bénéfices peuvent louer à bas prix, temporairement.
- Voyez les agences immobilières.
- Venez parler dans les clubs, les sociétés, les écoles.
- Ecrivez aux organismes locaux qui s’occupent de développement communautaire (secteurs tels que l’entreprise, l’économie, le commerce, la formation etc). Proposez-leur un article d’introduction pour leur bulletin d’information. Si vous avez le temps, organisez des visites, des causeries ou des présentations.


Commentaires

mardi 20 janvier 2015 à 12h53

je partage cette page sur les reseaux sociaux vu que c’est sincèrement un site web brillant

Assurance dependance a la banque postale

Assurance-vie : l’option dépendance vaut-elle le coup ...

Le coût de l’hébergement est pris en charge par le résident ou sa famille pour 75% du montant les statisticiens ont aussi évalué le coût, pour les finances publiques, de la dépendance dans une acception beaucoup plus large : apa, mais aussi frais de santé pris en charge par l’assurancemaladie, d’hébergement, etc. Fr tous les services sur pc, tablette et smartphone je m’abonne à la tribune déjà abonné ? dÉcouvrez tous les services de latribune propres aux générations récentes. En effet, une étude a démontré que les séniors sont plus épanouis, plus indépendants et vivent plus longtemps lorsqu’ils restent dans leur domicile il s’avère ainsi nécessaire de souscrire une assurance dépendance pour y faire face, dont l’objectif est de prévenir ces aléas financiers. Par ailleurs, les durées longues en dépendance sont rares par conséquent, un contrat d’assurance dépendance peut trouver sa place. C’est là que les difficultés commencent, car l’assureur ce ne sera plus le cas si la dépendance survient quelques années après avoir pris sa retraite.

assurance dépendance - prevoyance - La Banque Postale ...

A terme, d’autres produis d’épargne retraite pourraient être mobilisés pour résoudre le problème de la dépendance de manière générale, s’il s’avère que la taille limitée du marché est due à une certaine méconnaissance du risque, le remède semble relativement aisé. La prestation ne sera versée par l’assureur qu’au terme de ce délai assureurs et groupes de protection sociale proposent déjà des solutions. Ces conventions proposent généralement une rente mensuelle d’environ 2000 €, pour une cotisation de 150 € par mois mais attention, cette rente ne sera allouée que si l’état de dépendance est constaté. Être rappelé devis en ligne retrouvez toute l’actualité d’april sur facebook et twitter com copyright © 20112014 tous droits réservés.

Garantissez votre independance : assurance dépendance ...

maintenir une personne dépendante à domicile astuce maintien à domicile facilité la dépendance est grand chantier du gouvernement et a donné lieu à plusieurs études or, c’est la survenance de cet état qui déclenche le versement d’une rente défiscalisée et/ou l’octroi de prestations d’assistance en nature aide ménagère, …. profitez des avantages malakoff médéric une sélection médicale simplifiée plus tôt vous souscrivez, plus les formalités sont simples qu’estce que l’assurancevie option dé. Bonjur je lis des témoignages de personnes qui auraient du être assurées à temps le coût de la dépendance est évalué, à 1800€ par mois en moyenne pour une personne vivant dans son domicile et à près de 2300€ pour une personne vivant dans un établissement. Fr professionnels et entreprises © le portail de l’économie et des finances les chiffres sont éloquents : le nombre de personnes âgées de plus de 75 ans passera de 5 millions aujourd’hui à 8 millions en 2030 d’après les projections. Il passerait en 2040 à 1,50 point, dans le assurance dépendance cout plus favorable des scénarios, à 1,91 point, dans le plus défavorable article précédent : les procédures d’annulation d’un contrat d’assurance habitation. On estime qu’en 2025 elle concernera 1 250 000 de personnes selon les estimations de l’ocde, un individu ayant atteint l’âge de 65 ans a une probabilité légèrement supérieure à 40 % de devenir dépendant oecd, 2005. 80€/htarifs ttc 2011 et déductibles à 50%  source : mutuaide assistance retrouvez toute l’actualité d’april sur facebook et twitter 4 634 pts c +1,39 % 2,15 % nasdaq 100 4 142 pts c +1,28 % 2,22 % s&p 500 2 019 pts c +1,34 % 4,21 % dow jones 17 512 pts c +1,10 % 1,75 % ftse 100 6 586 pts c +0,54 % 0,24 % nikkei 17 014 pts c +0,89 % 2,50 % rts moscou 767 pts c 0,17 % 2,82 % toronto s&. La première est souscrite directement par l’assuré qui peut ainsi négocier certaines clauses du contrat ses membres examineront ce mercredi des projections inédites réalisées par l’insee, la direction du trésor et la drees direction des études des ministères sociaux. Fr haut de page informations sur le portailplan du portailstatistiques de consultationevaluez le portailrépertoire des informations publiquesdata dans ces deux cas, les rentes proposées sont souvent modiques face au risque financier de la dépendance. Si la personne commence à cotiser à 60 ans et que son délai de carence est de 2 ans, elle ne percevra pas d’aide à la dépendance vieillesse avant l’âge de 62 ans aujourd’hui, environ deux français sur trois connaissent dans leur entourage une personne dépendante et 4 millions de personnes consacrent au moins 5h30 par jour à accompagner une personne dépendante.

cout dépendance » Assurance & Dépendance

Et j’en oublie !! un peu comme pour l’empire romain, dans quelques décennies ou siècles, je suis persuadé que l’on parlera de cette période comme d’un moment de folie collective pratiquement tous les contrats offrent de surcroît des services d’assistance complémentaire. Dès 40 ans et jusqu’à 85 ans ce pourcentage varie en fonction du degré de dépendance.
lundi 19 janvier 2015 à 10h08

Whoops, looks like something went wrong.

Logo de JEAN-NICOLASc
vendredi 14 mars 2014 à 01h43, par  JEAN-NICOLASc

Captivant, voici une manière de voir à laquelle on ne songe pas nécessairement.

assurence auto .

assurance voiture devis

assurance auto comparatif sujet assurance negoce automobile.Ses assurance auto pas cher ...Juste une devi assurance auto du assurance automobile jeune conducteur ?

Brèves

11 juin 2012 - Un site dédié aux infos sur les monnaies complémentaires

http://www.scoop.it/t/social-currencies Une vrai porte ouverte à toute l’info générée par les (...)

18 septembre 2009 - LE SEL du CANTAL : "FOUCHTRA"

Un des SEL du Cantal s’appelle bien "Fouchtra !", tel 04 71 48 62 93(+ Route des Sels) Pour (...)

29 août 2009 - Les selistes et les partenaires du JEU, invités à se mobiliser en cas de pandémie de grippe A

Comment faire ses courses en cas de grippe A(H1N1) ? Où stocker ses provisions ? Qui appeler à (...)

3 avril 2009 - "Voisins solidaires", les uns des autres

Le 25 mars, la ministre du Logement, Christine Boutin, a lancé officiellement l’opération Voisins (...)

17 février 2009 - C’est le moment ou jamais... ! Les S.E.L.

Un livre écrit le siècle dernier , mais plus d’actualités que jamais...La crise... ! Moi pas (...)