Réactions à l’article sur le film de Pierre Carles

"DANGER TRAVAIL" sortie en salle en oct.2003
lundi 22 janvier 2007
par Collectif TRANSVERSEL
popularité : 1%

Aussi longtemps que le travail sera connecté à l’économie je m’attendrai "au pire".

Anne-Marie Beneix nous dit : Aussi longtemps que le travail sera connecté à l’économie je m’attendrai "au pire". Il suffit d’ouvrir les yeux pour en voir les méfaits. Non seulement nous détruisons la planète pour en prendre les ressources, nous polluons mers et air sous le prêtexte fallacieux de commerce (alors que chaque communauté pourrait trouver des solutions adéquates à son environnement) nous contraignons nos contemporains à être esclave d’une idéologie dont ils ne sont pas bénéficiaires, enfin nous avons donné une seule ligne de conduite à toute l’humanité (faire du fric) alors qu’elle était diverse et variée.

De plus il est évident que l’économie n’est plus ce réseau d’échanges qui assure la survie du système : personne n’y trouve son compte. J’en suis arrivée à vouloir supprimer l’argent. Sans argent, pas d’économie. Nous n’entendrons plus : la croissance reprend ; et nous pourrons enfin inventer, imaginer, permettre à la fantaisie de se développer, nous chercherons à améliorer les conditions de vie, nous partagerons nos sentiers et nos toits. J’ai l’air comme ça de croire que l’être humain est "bon" mais j’ai grandi dans un village et je sais à quel point il est féroce. La différence, c’est que je me suis découverte avec ces mêmes tendances....

Donc, je sais. Grâce au chomage, je sais. Et cette étape de ma vie m’a appris à accepter que le tapis me soit retiré de dessous mes pieds. Ce n’est pas agréable, mais il appartient à l’être humain d’être "vertical" et de faire en sorte de ne pas dépendre des conditions de vie extérieures à lui-même. C’est donc mieux qu’un temps de vie que le chomage m’a enseigné, mais l’art d’ "être" présente au monde.


Sur le site du film...
- Peut-on considérer la question du travail sous l’angle du refus sans provoquer d’emblée la réprobation générale ? Est-il possible d’aborder le thème du chômage sans le présenter sous le signe exclusif de la tragédie, mais en y décelant au contraire un des moyens d’échapper aux griffes de l’exploitation et de reconquérir son temps de vie ? Danger Travail en propose l’expérience en présentant une série d’entretiens avec des chômeurs qui ne paraissent ni accablés ni désespérés par leur situation. Ces sans-emplois qui n’en demandent pas pour autant ont tous fui l’usine, l’entrepôt ou le bureau, bien décidés à ne plus accepter les règles de la guerre économique contemporaine

Un article de 2003 remis en date du 30 mars 2007...à suivre.


Commentaires

Logo de Fab
lundi 17 novembre 2003 à 12h46, par  Fab

De quoi vivez-vous ?

Logo de Anne Marie Beneix
vendredi 22 août 2003 à 10h08, par  Anne Marie Beneix

volem rien foutre al pays, c’est le titre du prochain film de Pierre Carles , sortie prévue 2004.

Mais au contraire faire en sorte que plus jamais il n’y ait de dominants et de dominés. Ce temps de chomage (vingt ans déjà) fut un temps précieux. Ceux qui travaillent n’ont pas le temps de réfléchir, ils s’abrutissent ou sont abrutis.
Le chomage m’a permis de prendre conscience que "le travail apporte la satisfaction des hommes repus par leur suffisance ou encore par une bonne conscience". Comme le travail est hiérarchisé, il conforte l’idée qu’il y a "un ordre du monde", l’élite et le petit personnel.


Il remplace la religion avec ses élus et les autres, c’est le nouvel opium.
Le chomage m’a ouvert les yeux sur notre voracité. Pourquoi ne chercher que ce qui est efficace, productif, rentable, sommes-nous des êtres humains ou des animaux ? Sommes-nous capables de gratuité ? Suis-je capable d’agir sans chercher de reconnaissance, de salaire, de statut ?


Le chomage m’a appris à ne pas avoir peur du lendemain, ni de mes contemporains. Il m’a appris la liberté. Je ne suis ni dans un carcan, ni avec une colonne vertébrale autre que celle que m’a donnée la vie à ma naissance.


C’est le chomage qui m’a fait prendre conscience qu’un autre monde est nécessaire, que nous sommes multiples, complexes, variés, que rien n’est écrit d’avance que tout est possible et que la vie n’a pas dit son dernier mot.


En tout cas, pour moi, aussi longtemps que les hommes ne voudront pas changer "l’ordre naturel" (à savoir c’est le plus fort qui gagne) je serai "au travail".
Mais pour rigoler, sachez que je suis toujours inscrite à l’ANPE et que j’y ai rendez-vous le 28. J’aime le travail,... mais le travail bien fait, celui qui aide autrui à découvrir ou à utiliser ses richesses. De plus mon inscription ne mange pas de pain,
je n’ai jamais touché(ni demandé) le RMI.
C’est trés sérieux, le travail est mortel parce qu’il nous asservit à des institutions qui toutes se croient habilitées à parler en notre nom. Il est urgent de trouver une autre organisation.

Anne Marie Beneix , participante active et dynamique de la liste de diffusion : Archissi24@yahoogroupes.fr

Brèves

11 juin 2012 - Un site dédié aux infos sur les monnaies complémentaires

http://www.scoop.it/t/social-currencies Une vrai porte ouverte à toute l’info générée par les (...)

18 septembre 2009 - LE SEL du CANTAL : "FOUCHTRA"

Un des SEL du Cantal s’appelle bien "Fouchtra !", tel 04 71 48 62 93(+ Route des Sels) Pour (...)

29 août 2009 - Les selistes et les partenaires du JEU, invités à se mobiliser en cas de pandémie de grippe A

Comment faire ses courses en cas de grippe A(H1N1) ? Où stocker ses provisions ? Qui appeler à (...)

3 avril 2009 - "Voisins solidaires", les uns des autres

Le 25 mars, la ministre du Logement, Christine Boutin, a lancé officiellement l’opération Voisins (...)

17 février 2009 - C’est le moment ou jamais... ! Les S.E.L.

Un livre écrit le siècle dernier , mais plus d’actualités que jamais...La crise... ! Moi pas (...)