Copenhague un échec ?

Pourquoi et comment, et est-ce vraiment un échec. par Danielle
mardi 2 février 2010
par Collectif TRANSVERSEL
popularité : 1%

Il faudrait déjà savoir clairement quels étaient les objectifs de cette réunion.

Je dis bien les objectifs, car les pays présents, les représentants n’ont certainement pas la même vision du monde à venir, des moyens à mettre en œuvre, en fonction des capacités de chacun.

AMERIQUE ET LES AUTRES...

La domination Américaine est encore une réalité, mais on voit bien ce qui commence à se faire jour, notamment en ce qui concerne le poids économique politique et social des pays d’Asie, principalement la Chine et également L’Inde.

Et la montée en puissance de la place mondiale de la Chine est liée à sa progression rapide sur le plan économique. Mais elle fait apparaître la monstrueuse exploitation du monde du travail, population consentante, puisque sans droit, à l’égard des conditions que nous avons combattues, en Europe et en Amérique du Nord dans les siècles passés.

La Chine dans sa dimension dominante, a mis en place un essaimage financier subtile, qui rend des pays des états dépendants d’elle. La Chine a une histoire qui l’a guidée en ce sens. La chine n’a pas besoin de prendre les armes guerrières, aujourd’hui pour conquérir le monde, elle avance tranquillement dans des zones abandonnées par les occidentaux, notamment l’Afrique, et les USA sont en dettes vis-à-vis d’elle....

Le colosse aux pieds d’argile que sont les ETATS UNIS D’AMERIQUE, est sans doute personnifié par ce nouvel état de chose.

Mais la Chine n’est pas réellement fautive dans tout cela, l’occident l’a trop longtemps tenue à l’écart de la gestion du monde, qui ne passait que par lui...

Elle prend sa revanche ainsi, avec subtilité et violence tranquille...

ECONOMIE DU MONDE OCCIDENTAL

Les économies occidentales, on le sait, ne fonctionnent que dans le profit immédiat. Peu importe le taux d’endettement, des pays, des entreprises, des hommes, il faut que la consommation soit, quel qu’en soit le prix et les conséquences financières, certes mais aussi écologique, avec une inconséquence navrante et effarante sur empoisonnement de la planète, du pillage des sources d’énergies, et des mises en œuvre de nouvelles technologies pas toujours maîtrisées et dont les effets négatifs ne sont pas toujours étudiés.

Un exemple : les carburants verts.

Qui étudie les conséquences sur l’agriculture dans pays émergeants ? ( je pense qu’on les appelle autrement maintenant, le vocabulaire dans ce monde -politico- économique change plus vite que les pratiques et les hommes qui les appliquent).

J’entends que notamment au Sénégal, pays que j’ai eu l’occasion de visiter il y a trente ans, que les cultures traditionnelles ont été laissées pour une culture dédiée à l’exportation ce qui met les « petites gens » encore plus en difficulté qu’il y a 30 ans. Le mil était l’alimentation de base. On « fait » du riz maintenant pour que cela rapporte, non pas pour nourrir la population. Résultat des famines surgissent de plus en plus fréquemment... Et les Etats n’ont pas la force de lutter contre le pouvoir exorbitants des exploitants étrangers qui amènent de l’argent immédiat pour les classes aisés. ( pas de classe moyenne dans les pays pauvres...).

LES MULTINATIONALES

Depuis quelques années, des multinationales achètent les terres dans des pays qui n’ont plus de paysans pour les cultiver... Pourquoi faire ? nourrir les gens du pays ? Non pour faire des cultures qui rapportent à l’exportation et qui « pompent » les terres de leurs substances et ensuite elles iront ailleurs...Entre autre pour le carburant vert, soi-disant écologique. C’est à étudier de près....

Si on laisse les hommes, qui dirigent ces empires ( Voir Jack London, qui avait tout compris, au siècle dernier... même si son vocabulaire est désuet les idées sont encore d’actualité) sans contrôle, sans une dimension d’analyse politique humaniste, leur voracité nous tuera, c’est clair.

Alors Copenhague c’était pourquoi faire ?

Oui, sauver la planète est une priorité. Apprendre au monde à mieux gérer sa manière de vivre, de consommer l’énergie, d’utiliser l’eau, denrée indispensable et si fragile, source de conflits aussi importants que ceux venant du pétrole, (Le conflit israélo-palestinien est surtout en lien avec la suprématie sur le Jourdain et les ports, la bande de Gaza étant un territoire stratégique).

Mais, aujourd’hui ce qui préoccupe les citoyens du monde, le peuple du monde c’est de pouvoir manger, se loger, se vêtir, s’instruire, se cultiver.

Oui, le commun des mortels est capable de comprendre très vite que si on détruit la terre, on détruit l’homme. (je crois depuis toujours en l’intelligence de l’homme, à condition qu’il sache s’en servir ....intelligemment !) .

Mais comment concilier la gestion ( par exemple celle des déchets) de notre monde consommateur de façon délirante, d’emballages, d’objets divers et variés pas souvent utiles ou indispensables, avec celle des pays Africain, Sud Américain, et Asiatique (voir aujourd’hui HAÏTI qui fait la une à la suite de la terrible catastrophe que ce peuple déjà misérable auparavant vient de vivre, mais qui a une culture si riche et très méconnue par les soi-disant pays riches).

Je ne suis pas sûre que les pays émergeants ne soient pas eux-même confrontés à la notion de gestion des déchets, mais certainement d’une façon différente.

Je me souviens en 1980 que Dakar était empêtré dans le problème de l’assainissement de la ville, et qu’il y avait des travaux énormes entrepris pour la récupération des eaux usées. C’était terrifiant, notamment en matière d’odeurs nauséabondes.

PLACE ET ROLE DE L’EXPLOITATION DU CHARBON EN TANT QU’ENERGIE INCONTOURNABLE ET POLLUANTE

On découvre que la Chine a une économie basée essentiellement sur l’utilisation de l’énergie fabriquée à partir du charbon. Chez nous, en France nous avons abandonné le chardon dans les années,60, les régions du nord et l’est de la France vivaient essentiellement de cette production et de la métallurgie. Dans mon enfance, dans les années 50, le gaz de ville était fabriqué par une usine de traitement du COKE fabriqué à partir de la houille, minerais extrait dans ces régions.

Est-ce la découverte des effets néfastes du charbon sur la couche d’Ozone qui est fait arrêter cette production ? Non, bien sûr, la simple réalité économique, à savoir que les industries métallurgiques qui étaient dévoreuses de charbon, n’étaient plus rentables par rapport à celles des pays émergeants de l’époque, l’Europe centrale, et surtout l’Asie déjà ...

Le charbon, il faut le savoir est également la principale source utilisée pour produire l’énergie électrique en Allemagne. Leur sous-sol est riche de ce minerais, ainsi qu’en Grande-Bretagne.

L’Amérique également produit le plus gros de son électricité avec le charbon, et loin de diminuée la consommation du charbon est la plus importante, car la plus économique pour la fabrication de l’électricité dans le monde.

Je découvre que l’Australie et l’Afrique de Sud sont les pays qui exportent le plus de charbon, notamment vers l’Inde et l’Europe...(Internet est une mine d’or d’information sur ce sujet).

Les effets néfastes sur le dégagement de CO2 du charbon sont connus et reconnus. Mais qu’est-il fait pour limiter cela ? notamment aux USA ? On parle aujourd’hui de stockage de C02 proposé par certains !!! c’est quoi ça encore ? C’est délirant !!!

LA FRANCE ET L’ENERGIE NUCLEAIRE ?

Notre développement en matière d’énergie nucléaire est particulier. Que va-t-il advenir de cette « chose » si dangereuse ? Sans parler de ce que représente le traitement des déchets nucléaires, problème jamais solutionné jusqu’à aujourd’hui, avoir des centrales nucléaires nécessitent une vigilance permanente, et un entretien coûteux au jour le jour.

Il semble qu’EDF ait depuis longtemps passé la main à des entreprises privées pour l’entretien de tout son patrimoine nucléaire. Mais les entreprises privées ont avant tout comme objectif de faire du profit . Comment concilier l’intérêt public, l’intérêt général, la sécurité des biens et des personnes, avec la notion de profit et de coût ?

C’est un peu la même question en matière de santé, mais c’est un sujet à part entière qui demande une autre analyse, encore plus précise et que je vois comme sévère sur les dérives de ce système qui nous fera là aussi réagir trop tard, après une catastrophe comme toujours... Mais c’est un autre sujet.

L’Etat qui se désengage au nom de la sacro-sainte liberté d’entreprendre, me parait avoir une attitude irresponsable et criminelle, et les effets de manches de notre président que ce soit à Davos, à Copenhague ou ailleurs ne changent pas le constat sur cette attitude. C’est bien de vouloir donner des leçons aux autres Etats du monde, mais balayons devant notre porte, pour ce qui est de la vie quotidienne des Français, avec un chômage qui progresse, même si les chiffres veulent montrer autre chose, mais qui prouvent l’aggravation de la situation des travailleurs pauvres, des chômeurs non indemnisés, l’exclusion définitive que signe, pour la plupart, le gonflement du nombre des allocataires du RMI transformé en RAS, qui n’a pas plus de force d’insertion sociale que le premier.

Quand l’exclu est au fond du panier, qui l’aide à en sortir ? Je me souviens d’un titre d’un quotidien « l’exclusion comment en sortir ? » beau titre qui en dit long sur ce paradoxe, sortir de ce qui a déjà fait sortir ? ces mots montrent des réalités effarantes !!!!

Un jour, il y a bien 20 ans, un sociologue nous présentant les systèmes d’aides aux « exclus » parlait d’inemployabilité d’une certaine couche de la population !!! Il utilisait ce barbarisme, s’il en fut et disait benoîtement, qu’il fallait d’abord s’occuper des travailleurs ayant perdu leur emploi et qui étaient encore au bord du panier (visualisation d’un panier de basket pour bien nous faire comprendre le principe !!!).

La survie de ceux qui étaient au fond du panier a été codifiée par l’instauration du RMI en 1989. Le I d’insertion était déjà une belle hypocrisie permettant le contrôle social d’une population qui ne fréquentaient guère les services sociaux auparavant, car constituée essentiellement d’hommes, et de personnes sans enfants, ne pouvant pas obtenir, avant, d’allocations.

Comment voulez-vous que cette population ne se préoccupe pas en premier lieu de sa survie ? Et pourtant bon nombre de ces hommes et ces femmes considérés comme des marginaux sans culture par les « bonnes gens », se préoccupent, parfois, bien plus de l’avenir de la planète que les assistés riches assurés par les meilleures caisses d’assurances privées de la terre consommatrice ....

Copenhague alors ?

Que voulait dont faire l’assemblée des gouvernants ? Le réchauffement climatique c’est quoi ? Tout le monde n’est pas d’accord sur ce point !!

On peut tout de même être d’accord sur une réalité et de constater le gaspillage des ressources énergétiques, le manque de cohérence dans le développement des énergies dites renouvelables. Aller demander aux particuliers d’investir chacun dans son coin avec panneaux solaires, pompe à chaleur, système géothermique et Eolienne, et en contre partie leur octroyer des remises d’impôts ponctuelles est-ce bien sérieux par rapport à l’ampleur du problème à résoudre ? Et ces solutions ne concernent que les gens qui en ont les moyens financiers !

Les autres achètent à bas prix des poêles à bois ou à pétrole pour économiser l’électricité qui est très trop cher pour beaucoup... Il faut préciser que ces systèmes de chauffage diffusent énormément de C02 ...

Ah ! comme j’aimerais avoir les moyens de me loger dans une maison à énergie passive !!!

Mais quand on voit le coût supplémentaire que représente ce genre de construction qui parait idéale on est si je puis dire, tout de suite refroidi !!!

LES PAUVRES SONT PAUVRES PARTOUT même dans les pays riches...

La misère c’est autre chose...

« Selon que vous soyez puissant ou misérable... » La Fontaine

Ou le pouvoir d’agir des peuples et des nations selon leur PIB .

Comment ne pas voir, que les personnes pauvres qu’elles vivent dans les pays dit riches, ou celles vivant dans des pays dits pauvres, ne peuvent pas avoir la même approche de ce que veut dire être écologique ?

Un exemple concret, qui a un sens premier ; Le tri sélectif :

J’ai vu de près comment se reçoit les sacs de tri sélectif par des gens non informés concrètement sur leur utilisation. Le bleu pour les journaux le jaune pour les emballages mais pas tout. Alors bonjour le mélange, et les gens qui n’ont pas grand-chose pour vivre, s’en moquent, ils ont d’autres soucis...

L’éducation écologique on le voit commence avec l’enfant. A l’école, je vois des petits de maternels qui en parlent. Ils ont une conscience vive si on leur explique ce qu’est une chaîne alimentaire, comment fonctionne le système solaire dans lequel nous vivons et la nécessité de ne pas jeter les déchets n’importe où et n’importe comment. Leur montrer que les poules peuvent se nourrir des déchets alimentaires, épluchures, pain dur, et ensuite avoir des œufs frais à la maison.... etc... leur faire comprendre comment nous pouvons mieux vivre en faisant attention à notre manière de nous nourrir en évitant la surconsommation de sucre, surtout raffiné qui demande de la transformation industrielle, graisses industrielles, etc....

Tout un travail d’information qui doit se faire tôt afin qu’elle devienne une évidence.

Mais cela, chez nous, dans notre bonne vieille France, dans une certaine couche de la population c’est bon ça marche, à peu près avec les jeunes enfants. Ensuite, la société de consommation fait que, les jeunes veulent « profiter » des produits, qui sont sur le marché, au maximum, quelles qu’en soient les conséquences...

Et là, les bonnes vieilles règles de vigilance sont battues en brèche. L’ado veut être comme tout le monde et si on le laisse faire, il veut tout. Tout de suite !!!

Les parents eux-mêmes contaminés incités, eux aussi à dépenser, pour être reconnus comme étant dans leur monde, et faire tourner l’économie, .... Dépensent...

L’écologie c’est quoi au fait ?

Un ordinateur acheté produit combien de déchets indestructibles et polluants ?

Une friteuse ? un lave linge, un lave vaisselle ? tout ceci naturellement n’étant pratiquement plus réparable et devenant vétuste au bout de 5 ans, tenant tant bien que mal dans les milieux modestes ou économes 10 ans avec peine.

Les emballages dans produits alimentaires !!! Une vraie gigne !!!

Une personne seule, si elle n’est pas vigilante se retrouve avec un sac par semaine d’emballages pour le tri sélectif !!!

La fabrication de ses emballages produits des effets polluants, de la dépense énergétique industrielle. Les bouteilles plastiques qui ont remplacé les bouteilles en verre sont semble-t-il toxiques !!!!

On découvre tous les jours les effets néfastes de l’industrialisation alimentaire issus directement du conditionnement, mais aussi, dans leur fabrication sur l’alimentation des hommes. Trop de sucre raffiné, trop de graisse saturées, industrielles trop de produits chimiques, qui ont déjà eu les conséquences précitées sur l’environnement.. Tout ceci donne un peu le tournis . Et à Copenhague qu’est-ce qu’il en a été dit ?

Y a-t-il eu un semblant de règles évoquées pour arrêter cette gabegie, ce fléau industriel ? Je n’ai rien entendu de tel....

En fait, je crois que pour éviter trop de conflits politiques entre les différents mondes il n’est rien sorti de constructif, des débats. Tout au plus ai-je entendu que les « techniciens » de l’écologie se sont frottés « au politique » qui commence à légèrement bouger... une légère nuée de bonnes intentions s’est dissipée dès la fin de la conférence...

Non, les régisseurs du monde ont encore palabrés, se sont fait plaisir, et ont oublié l’homme, l’être humain, au profit des portefeuilles des riches qui détruisent le monde et veulent faire payer la facture aux plus pauvres.... Comme toujours....

Et nous que pouvons nous faire ? Continuer à trier continuer à dire à nos enfants ce qui est bon à titre individuel, militer pour une meilleure utilisation des ressources, regarder et être en vigilance permanente sur ce que nous consommons et rejetons. Mais pour cela il faut des bonnes conditions de vie, il faut un travail, des ressources, un lieu de vie convenable....

On revient au problème qui préoccupe le plus l’être humain avoir une vie digne, avec un travail qui permet de vivre en homme libre et non en dépendance ...

La lutte première pour moi sera tout cela. Faire en sorte que les hommes les femmes et les enfants puissent vivre dans la dignité et ne pas être obliger de tendre la main pour simplement survivre.....

L’écologie oui, mais permettre à chacun d’avoir des revenus qui puissent lui permettre de vivre et d’accomplir ce qu’il a envie de faire, de conduire à bien leur projet de vie.... Objectif premier.

Le reste devrait suivre logiquement non ?


Commentaires

Brèves

19 juin - DEMAIN...Le Plan ESSE

Le plan ESSE, un dispositif à hauteur des enjeux écologiques et humanitaires. A retrouver sur le (...)

13 octobre 2008 - Les enfants difficiles : comment leur venir en aide par l’échange d’unités

Non-respect des limites, opposition systématique, agressivité... certains enfants sont enfermés (...)

9 octobre 2006 - Un mois, un million d’euros pour sauver un des derniers journaux un peu libre...

Un mois, un million d’euros Depuis plusieurs mois, Politis travaillait à un plan de reprise. (...)