Le SEL : une aventure entre le don et le marché pour le 21eme siècle ?

By François Plassard
jeudi 14 octobre 2004
par Collectif TRANSVERSEL, Francois Plassard
popularité : 4%

Un homme traverse le désert et va frapper à la porte de sa bien aimée.

- Qui est là demande la bien aimée ?

- C’est moi ! répond l’homme.

- Alors va-t’en, car il n’y a pas de place pour toi et moi dans ma maison !

L’homme repart faire le tour du monde et un an après retape à la porte de sa bien aimée.

- Qui est là ? demande la bien aimée ? C’est toi !

- Alors rentre, parce qu’il ne peut pas y avoir deux moi, l’un dehors et l’autre dedans.

Ce conte venu de partout et de nul part nous enseigne ce mode d’échange particulier qui en se mettant à la place de l’autre le reconnaît pour ensuite le connaître.

A l’opposé de l’échange amoureux se trouve celui inventé par les hommes qu’on appelle le marché pour échanger en condition de « neutralité affective », voir même pour pouvoir échanger avec ses ennemis. Payer (en latin pecare : pacifier) permet d’annuler la dette pour celui qui reçoit. Le paiement monétaire met fin à la relation, il libère de toute obligation en retour, laisse le vendeur et l’acheteur libre de toute attache. Et quand la monnaie, outil de l’échange, devient « finalité » accaparée par une minorité pour dominer les autres, on sait ce qu’il en advient ! 225 personnes sur la planète possédant plus de monnaie que 2,5 milliards d’autres individus, peuvent ainsi les assujettir dans le grand monopoly du marché planétaire !

Intermédiaire entre le conte sur le don entre l’homme et sa bien aimée et les comptes en monnaie dans l’échange marchand, se trouve l’expérience et l’aventure du SEL.

A distance du marché et du troc, l’échange en grains de Sel libère celui qui reçoit de sa dette avec celui qui lui donne, mais pas de sa dette avec la communauté du Sel dont il devient redevable en l’obligeant à donner à son tour quand il en aura l’opportunité. Dans tout échange de Sel il y a l’offreur et le demandeur et un tiers : la communauté du Sel. Certains parlent de fraternité laïque, d’autre de grande famille….

A distance du don, l’échange du Sel maintient une « juste distance » ou distance juste à trouver pour se préserver des émotions de la fusion et des passions.

Entre l’impérialisme de la logique marchande qui produit l’individualisme que l’on connaît (la guerre de chacun contre tous) et l’espace du don relégué à la famille (de plus en plus étroite), le Sel explore un nouvel espace transitionnel.

Saura t-il y arriver ? C’est en tout cas une innovation nécessaire pour nos sociétés du 21 eme siècle qui peuvent sombrer cahotiquement dans deux dangers :

-  celui du totalitarisme du Tout Marché, religion du salut et du sacrifice où les victimes (expiatoires) de plus en plus nombreuses sont anonymes

-  celui du totalitarisme du Tout Religieux, autre religion du salut et du sacrifice, dont l’histoire des fanatismes et inquisitions se comptent en millions de morts Apres l’Histoire du 19eme et 20 ème siècle dominée par les guerres de conquête de territoires entre les Etats Nations (avec à la clé deux guerres mondiales !), l’Histoire du 21eme siècle sera t-elle dominée par des guerres de religion avec leur vision Totalisante et Totalitaire ?

En 1848 la crise d’un rapport exorbitant entre les riches et les pauvres s’est dépassée par un grand chantier d’éducation (l’école laïque) et le mot « fraternité » a été alors rajouté à nos idéaux républicains de liberté et d’égalité. Entre les très riches et les très pauvres, le Sel explorerait-il par son mode original d ’échange réciproque, la voie d’une nouvelle éducation populaire : une fraternité laïque ?

En 2004 une crise écologique sans précédent (énergétique, effet de serre, haro sur le vivant) nous oblige à un autre dépassement qui se rajoute au premier : les Sels participeraient-ils d’un retour à une sobriété volontaire choisie pour redonner à la planète l’allure d’un jardin que la mondialisation des marchés tente à faire disparaître ?

Comme on le sait tout jardin est à l’image de son jardinier : la projection dans l’espace qui l’entoure de son jardin intérieur ! Et tout jardinier sait que « complexité et diversité » rime avec stabilité.

Rien ne dit que nous allons réussir ces deux grands chantiers du 21 ème siècle d’éducation et de jardin planétaire, tant leur enjeu paraît considérable et à l’opposé des valeurs prônées par la société du paraître et du spectacle que nous donnent à voir les médias. Mais ce qui me rassure c’est la grande diversité des horizons socio culturels qui au sein des Sels participent, consciemment ou inconsciemment, chacun à sa mesure, à ces grands chantiers d’éducation de soi même et de son rapport à l’autre avec la mentalité du jardinier.

C’est vrai, il y manque encore les très riches et les très pauvres sans domicile !

Mais le Sel malgré sa compassion pour la souffrance des très riches et des très pauvres ne peut à lui seul tout faire !

François Plassard . Sel Cocagne


François Plassard, initiateur du SEL Cocagne.


Commentaires

Brèves

11 juin 2012 - Un site dédié aux infos sur les monnaies complémentaires

http://www.scoop.it/t/social-currencies Une vrai porte ouverte à toute l’info générée par les (...)

29 août 2009 - Les selistes et les partenaires du JEU, invités à se mobiliser en cas de pandémie de grippe A

Comment faire ses courses en cas de grippe A(H1N1) ? Où stocker ses provisions ? Qui appeler à (...)

3 avril 2009 - "Voisins solidaires", les uns des autres

Le 25 mars, la ministre du Logement, Christine Boutin, a lancé officiellement l’opération Voisins (...)

17 février 2009 - C’est le moment ou jamais... ! Les S.E.L.

Un livre écrit le siècle dernier , mais plus d’actualités que jamais...La crise... ! Moi pas (...)

3 mars 2008 - Un SEL par semaine : Le SEL de DIJON

Le SELlier DU DIJONNAIS ACTIVITES du mois de mars 16/03/2008 à 14:00 La BLé* du mois de mars (...)