Contre le travail

Un livre de Philippe Godard
 juillet 2005
popularité : 2%

Philippe Godard poursuit dans cet ouvrage une réflexion sur le travail, pour en dénoncer non les outrages mais tout simplement l’existence.

Le travail est-il inhérent à l’espèce humaine ?

Non, affirme l’auteur, et l’avenir de l’être humain serait plutôt de s’en passer. Voici la condition pour parvenir enfin à vivre en harmonie avec autrui et la nature.

Car depuis la naissance de l’agriculture, le travail nous a coupé du milieu naturel, pour nous conduire à sa destruction systématique, au prétexte de l’aménager. Depuis, le travail est partout, glissant ses rapports sociaux dans toutes les sociétés, modifiant les écosystèmes jusqu’à épuiser leurs richesses spontanées.

Ainsi naquit l’économie, c’est-à-dire l’organisation de la rareté.

L’auteur démonte les thèses et leurs antithèses. Les conceptions socialo-marxistes ne valent pas davantage que l’optique libérale. Toutes reconduisent inévitablement à l’aliénation du travail. Resterait l’entrée joyeuse en décroissance, alors ? Eh bien non ! Ses partisans, poursuit l’auteur, sont victimes d’une illusion ou d’un excès d’optimisme. Dans la situation actuelle, la décroissance ne pourrait être réalisable que décrétée de manière autoritaire, ou sinon au prix d’un chaos général : deux voies peu enviables. La seule attitude radicalement subversive, autant libératrice que libertaire, et écologiquement salutaire, réside dans le non-agir hérité du taoïsme. Lui seul peut autoriser "le libre accès de tous aux maigres richesses". Ce faisant, il n’est pas question de démission socio-politique, mais plutôt d’une génération spontanée d’insoumission, libérée de toute espèce d’idéologie.

Ce non-programme délibéré est-il réalisable, ici et maintenant ?

Et quelles conséquences pratiques en attendre, hormis celle d’une désorganisation - dans quelles conditions ? - de l’existant ?

Telles sont les questions que la lecture de ce livre stimulant invite à poser à l’auteur.

Si, référence au taoïsme oblige, cette réflexion n’échappe pas au paradoxe du faire-sans-agir ("Le non-agir invite en outre à réfléchir, en dehors de toute référence idéologique, à ce qui, de façon très concrète, peut être fait sans agir contre notre milieu", cf page 118), elle donne de quoi penser, au risque d’en prendre quelques-uns à rebrousse-poil.

Notons enfin la qualité graphique de l’ouvrage.

Rodolphe Christin

Le livre "Contre le travail" est disponible en cliquant ici


Commentaires

Brèves

7 janvier 2009 - S !LENCE...A besoin de vous,pour vivre... ! Abonnez-vous... !!!

En pleine crise de la presse dite "alternative" , c’est à dire ne vivant pas des subsits de la (...)

2 mai 2008 - La Décroissance de mai 2008 : malpolitique et malbouffe

Comme chaque mois le Collectif Transversel essaie de mieux s’approcher d’une revue , d’un journal (...)

15 avril 2008 - Travaillez moins , profitez plus...la semaine sans télé...

Et oui, sous ce logo très sympathique , je pense que c’est comme cela que l’on va aborder à (...)

17 décembre 2007 - Mais où va l’argent ? le livre de M.L. Duboin

DETTE PUBLIQUE, FINANCEMENT DES PROGRAMMES SOCIAUX, RÔLE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE, (...)

1er juillet 2007 - Le guide de l’économie équitable

Un blog sur ce guide ...A lire et plus si vous voulez l’acheter... Le livre est composé de (...)