En quoi le Sel constitue-t-il une alternative ?

par le collectif Transversel et Nicole de Grenoble
jeudi 25 juin 2009
par Collectif TRANSVERSEL
popularité : 25%

En cette fin d’année 2006, il est certainement utile de faire le point sur cette question : les SEL après plus de dix années d’existence pour la plupart en sont où ? Est-ce une réelle alternative à la crise du manque d’argent ? Est-ce un moyen de survie de plus ? Qu’en pensez-vous ?

Réagissez en direct sur ce site et venez rejoindre le groupe sur Yahoogroupes.

En quoi le Sel constitue-t-il une alternative ? avec quelques exemples concrets, qu’on trouve dans les Sel en général ou des chose qui se font au Sel de Grenoble

- On expérimente d’autres façons de fonctionner ex : collégiale, fonctionnement participatif, implication importante des femmes

- on développe la solidarité, l’entraide, le lien social, le partage, la convivialité ex : les blés, les échanges, l’épicerie sel qui permettent de satisfaire des besoins de base ou des besoins qui ne pourraient être satisfaits par ailleurs ; Compte solidarité pour personnes qui peuvent avoir du mal à échanger (personnes en difficulté, maladie, handicap, perte d’autonomie, etc

- on développe, ou on est relais, d’autres formes de consommation ex : echanges de proximité ; accès à des produits bio ou de qualité ; transmissions de savoir-faires ; donner une autre vie à des objets usagers ;

- On utilise "la monnaie" comme un outil d’échange et non comme un moyen de domination ex : possibilité d’accéder à des services, biens, savoirs en ayant un compte négatif ; Dans l’échange, il y a la relation avec l’autre, la dimension humaine

- On participe à des foires ou mouvements alternatifs : ex : à Grenoble, participation du Sel au "Festival de l’avenir au naturel", à "Naturissima", à la semaine de l’économie sociale et solidaire, au festival du film d’ATTAC. Participation aussi aux forum social Local. Plus anciennement, soutien du Sel aux faucheurs volontaires "Les dix de Valence" lors de leur procès à Grenoble. Permanences du Sel au "Local" et à "Soli’gren" (commerce équitable) Le Sel de Grenoble est adhérent à la maison de la nature et de l’environnement (groupements d’associations écologiques), c’est notre adresse administrative et notre lieu pour les réunions et blés

- le Sel, lieu d’information "citoyenne" ex : soirée d’information sur les OGM ; prochainement, proposition de formation à la non-violence...

Voilà ce qui me vient...pour ce soir...il y a sûrement d’autres choses et pour vous, qu’est-ce qui se fait dans votre Sel ou dans des Sel que vous connaissez ?

Au plaisir de vous lire Nicole

Transversel remercie Nicole du SEL de Grenoble pour sa participation à ce débat commencé il y a déjà plusieurs années sur le site de TRANSVERSEL.



Commentaires

Logo de petitecoline
samedi 4 juillet 2009 à 01h05, par  petitecoline

J’ai effectivement le temps et l’envie de voyager en allemagne pour voir le fonctionnement et l’evolution de ce Chimgauer, mais je ne m’y retrouve pas pour comprendre où toute cette nouvelle monnaie s’applique. Avez vous deja vu l’etat de ce marché alternatif ? ca vaut le coup de s’y interesser ? est ce que ça à pris de l’importance ou est ce utilisé par seulement quelque personnes ?
merci de m’eclairer la dessus

Logo de Michel
mardi 31 octobre 2006 à 00h03, par  Michel

Je ne pense pas que le SEL constitue une alternative à l’économie de marché, car cette pratique d’échanges reste trop marginale, voire accidentelle. D’ailleurs, que s’est-il passé en ARGENTINE ? Quand cela a pris de l’importance, le réseau de troc réciproque s’est globalisé et tous les resquilleurs, les malhonnêtes et les escrocs sont venu et ont fait péricliter tout en imprimant de faux coupons d’échanges et de la fausse monnaie d’échange ! On sait que le volume d’échanges a considérablement chuté depuis quelques années... car la confiance a disparu. En France, les conditions d’une grave crise économique sont proches de celles de l’Argentine, et si les SEL se déveloperaient dans l’avenir, ce serait intéressant de voir si l’on aurait le même phénomène, ici comme là-bas...

Site web : sel 49
mardi 17 octobre 2006 à 08h22

Bonjour à toustes, j’ai relevé, dans le message de Gérard A. :

Un "seliste" convaincu aurait-il confiance en un thérapeute qui ne lui réclamerait que des dons en nature ?... et si oui, quelle sorte de dons ?

Je précise que dans un SEL il est possible de faire du troc direct, mais ce n’est pas obligatoire, il y a dans chaque SEL une unité de comptabilisation des échanges (qui est basée en général sur la minute de travail une minute = une unité) qui fonctionne comme une monnaie.

Donc le thérapeute en question n’a nul besoin de réclamer des dons en nature.

Après la question de la confiance, c’est un autre sujet, si le thérapheute est sérieux et efficace dans ce qu’il propose je suppose qu’il aura pas de mal à établir un climat de confiance autour de lui...

Et pour en revenir au sujet en quoi les SEL constituent une alternative, le principal avantage des SEL par rapport au système économique actuel c’est que la monnaie y est crée au fur et à mesure des échanges et il n’y a pas de possibilité de "prises d’intérêts" ou autre arnaques du même genre.

Donc la monnaie n’est pas rationnée dans les SEL comme c’est le cas dans les autres système monétaires.

Bon pas trop le temps là tout de suite de dévellopper, mais dès que j’ai 5 mn je vous fais un tableau montrant les différences entre les système SEL et les autres sytèmes monétaires

A + cordialment,

Marco

Logo de Jean-Louis M.
jeudi 28 septembre 2006 à 22h15, par  Jean-Louis M.

Si vous avez du temps, l’envie de voyager pas trop loin, vous devriez aller visiter la Suisse pour prendre connaissance avec le WIR, né il y a plus de 60 ans sur les idées originelles de Silvio Gesell ou alors faites un tour en Allemagne pour prendre connaissance avec le Chimgauer né récemment sur les idées de Gesell et Steiner.
Il y a peut-être là de quoi revivifier les SEL en France ?
Jean-Louis

Logo de Collectif TRANSVERSEL
jeudi 28 septembre 2006 à 14h33, par  Collectif TRANSVERSEL

Il m’est très difficile en tant que rédacteur et soutien depuis trois années à l’atelier Transversel-rédaction de répondre comme cela en quelques lignes.
Il est réel que nous n’avons pas un grand besoin de finances et depuis la création de cette association de fait entre les rédacteurs le budget annuel tourne autour de 150 à 200 Euros.
Les SEL permettent à beaucoup d’entre nous de survivre en permettant d’économiser "Nos Euros" mais il est certain que les économies d’Euros faites sur la nourriture, les vêtements et sur divers objets, ne va pas très loin .
Pour ma part cela représente de 30 à 50% de mon budget, ce qui me permet encore d’avoir un véhicule pour me déplacer tout en restant avec un minimum de 300 à 400 Euros par mois.
On peut continuer ce débat ici ou sur : transversel@no-log.org

Bien cordialement
D.D.

Logo de AUZAN
jeudi 28 septembre 2006 à 11h36, par  AUZAN

Je découvre le Sel... et écrit maintenant sans avoir pris la peine de TOUT lire et sans vouloir susciter un débat d’idées !

Juste un témoignage et une réflexion à propos de l’argent : je constate que pour l’atelier Tranversel vous faites appel à des dons non seulement en nature mais aussi en ARGENT ! comment développer des initiatives comme le Sel tout en conservant une "juste position" dans la société, c’est à dire sans s’isoler dans une forme d’autarcie comme certaines communautés fermées (ex. les amiches) ! c’est vraiment une question EXISTENTIELLE pour moi ! Aussi, voici quelques éléments de mon témoignage.

A 61 ans maintenant, j’ai cessé de travailler en Janvier 2002 suite à l’acceptation d’un plan de préretraite proposé par l’entreprise, une grande multinationale de l’industrie informatique. Je suis encore pendant un an en préretraite et m’engage régulièrement à ne pas travailler pour en toucher les revenus associés. Mais... j’ai repris des études, ai obtenu une maîtrise en psychologie clinique en 2003 et je poursuis actuellement une formation de psychothérapeute -Approche Centrée sur la Personne de Carl ROGERS. Cette formation coûte relativement chère, nous avons encore des enfants étudiants et je ne suis pas certain d’en terminer le dernier tiers simplement pour des questions d’argent !

Aussi pour en revenir à mon qualificatif d’EXISTENTIEL, voici un questionnement en prise direct avec ma situation :
Comment offrir un service -dépannage informatique, menus travaux de bricolage, voire entretiens thérapeutiques- dans un système de troc quand notre principal besoin en retour est un besoin financier ? (parce que notre société est telle que l’évolution des esprits ne permet de troquer une formation de thérapeute contre des légumes bio, l’installation d’un système informatique ou un nettoyage de moquette) ?
Si le service rendu entraîne, en guise de troc, le versement d’une somme d’argent, comment ne pas revenir au système dont nous voulons nous affranchir : concurrence, surenchère, enrichissement personnel ? et cela, même avec la meilleure volonté affichée de part et d’autre ?
Un "seliste" convaincu aurait-il confiance en un thérapeute qui ne lui réclamerait que des dons en nature ?... et si oui, quelle sorte de dons ? comment offrir un plein d’essence ? un dixième de surface locative pour un local professionnel ?...

ATTENTION ce texte n’est pas polémique, mais si quelqu’un à des éléments de réponse constructifs, je suis preneur ! Gérard A.

Logo de alain bouyer
lundi 25 septembre 2006 à 21h53, par  alain bouyer

bonjour , -
- avec le SEL de la Vallée de la Vie, 85 , on fait des PNM , Pique-Nique Marchés ( prononcé : pé-haine-aime, ou peuneumeu , du grec Pneuma , le soufle : chez les stoiciens ) , et ce depuis 1995 .

- aussi on pratique " le bol anti-adhésif " , contre les adhésions , : à l’heure du café , quand le pneu ne meut , on mets un bol vide au milieu de la table , et ceux qui le souhaite y jette des Euros trébuchés , : ça sert aux achats divers ( timbres , humus44, ...)

- on ne fait jamais de réunion , il n’y a que des décisions individuelles , égrégées ; il y a des fonctionnaires qui tournent et qui font les papiers

- on ne voit jamais la presse , et jamais les élus

- on ne vat jamais dans les salles municipales ou autres

- on fuit les percepteurs , et les présidents comme la peste ,

- on a un adage , qui n’a plus d’âge :" si les gens étaient moins sots , tout les avocats iraient en sabots "

- au revoir , et profitez de la nature , a ++ , alain b

Brèves

11 juin 2012 - Un site dédié aux infos sur les monnaies complémentaires

http://www.scoop.it/t/social-currencies Une vrai porte ouverte à toute l’info générée par les (...)

18 septembre 2009 - LE SEL du CANTAL : "FOUCHTRA"

Un des SEL du Cantal s’appelle bien "Fouchtra !", tel 04 71 48 62 93(+ Route des Sels) Pour (...)

29 août 2009 - Les selistes et les partenaires du JEU, invités à se mobiliser en cas de pandémie de grippe A

Comment faire ses courses en cas de grippe A(H1N1) ? Où stocker ses provisions ? Qui appeler à (...)

3 avril 2009 - "Voisins solidaires", les uns des autres

Le 25 mars, la ministre du Logement, Christine Boutin, a lancé officiellement l’opération Voisins (...)

17 février 2009 - C’est le moment ou jamais... ! Les S.E.L.

Un livre écrit le siècle dernier , mais plus d’actualités que jamais...La crise... ! Moi pas (...)