Mouvance sel et éthique

dimanche 29 septembre 2002
par Sel37Tours
popularité : 18%

atelier n°4 du Jeudi 22 août de 10 à 12 H (animé par André Fraïoli

rencontres intersel 2002 Arbussigny (près d’Annecy) le Jeudi 22 août 2002 de 10 à 12 heures

compte rendu de l’atelier organisatioin de la mouvance sel et comité d’éthique animé par André Fraïoli

liste des participants WANNER Hugo LETS Vlaanderen (Belgique) JOFFRE Alain Sel du Pays des Vans PAOLA Galuzzi Peschiera Borromeo (Milano) PLASSARD François Sel Cocagne Toulouse FUNEL René et Hélène Sel Grésigne Tarn et Garonne GAUCHER Bernadette Sel du Golfe du Morbihan RIZZO Pantaléo SRI Italie GONNET Laurent observateur non séliste GRANGé Marhèse Sel de Grenoble VURPILLOT Myriam Sel de Genève PUMA Laura Sel de Genève ESTEVE 7 Eric Sel de Genève VOISIN Bruno Sel de Montreuil (93) ZUGMEYER Vincent Sel de Libourne CARPANETO Marcelo Sel de Grésigne Tarn CATIN Faby Sel37-Tours DOUADY Claudine Sel37-Tours FRAIOLI André Sel37-Tours ODET Pierre Sel37-Tours

André

Si nous voulons que la mouvance Sel perdure nous devons nous ressaisir et nous positionner sur l’échiquier de l’économie solidaire clair ,net et sans ambiguité. Nous devons ,aussi, marquer nos différences vis à vis d’autres mouvements REAS..., nous mobiliser pour mener un débat constructif.

Et comment faire pour que nos synergies ne deviennent pas continuellement conflictuelles ?

Tour de table et pré-débat général sur les sel

INTERVENTIONS

François

Les sélistes sont animés par une plurarité de motivations : idéologique, pragmatique, difficulté de la vie.... ils viennent de tous les horizons de la société, sauf les plus riches et les plus pauvres. Cette motivation évolue souvent avec le temps : d’abord pragmatique, ensuite une demande de sens. L’appréhension des choses par le ’comment’ (pratico-pratique) laisse ensuite une place à l’appréhension par le ’pourquoi ?’ (sens). On expérimente quelque chose :

· qui n’est pas de l’ordre du ’marché’ (on annule sa dette par le paiement) ce qui induit il faut le reconnaître, la liberté dans l’anonymat

· qui n’est pas, non plus, de l’ordre de l’égalité et de la solidarité organisée par l’état et autres institutions (redistribution : on prélève autoritairement aux plus riches pour redistribuer aux plus pauvres) ou (caritatif : on collecte des dons pour aider les personnes nécessiteuses)

mais d’un troisième concept formulé par Marcel MAUSS et qui repose sur 2 principes fondamentaux :

1er principe : "Le lien est aussi important que le bien" (principe de cohérence des nomades) le processus est aussi sinon plus important que le résultat, ce qui compte le plus, n’est pas le contenu de l’échange mais la relation, le lien entre les personnes impliquées dans cet échange

2ème principe : Si je donne à quelqu’un, ce ,n’est pas par charité mais pour qu’il puisse donner à son tour : c’est ça la circularité du sel. On n’est pas un réseau avec des clients et des fournisseurs (marché) Pas un réseau avec des prestataires (travailleurs sociaux) et un public (catégorie de personnes ex : tel type de handicap ). On est très différents des services de l’état qui s’adressent à un public pauvre et en difficulté, très différents du système de marché, chez nous la dette ne s’annule pas elle circule, il y a une subtilité : une personne n’est pas en dette d’une autre personne mais de tout le groupe des 250 personnes (sel de Toulouse) Cela évite d’être en relation directe, redevable à quelqu’un.

On oublie souvent de dire ça à l’accueil des nouveaux adhérents et alors il demandent "mais pourquoi on fait des comptes ? "

Pour revenir à la question sur les motivations : S’il y a une multiplicité de motivations, il ya seulement UN système de cohérence : face au marché, face à l’état qui pourrait rappeler les expériences de bien communautaire, mais on est dans un communautarisme qui est différent de ce qu’on a connu dans le passé. Si l’on voulait élaborer un message vers l’extérieur, porté par la mouvance sel, il faudrait rajouter à l’idée des communautarismes connus antérieurement :

Au sel, on ne se choisit pas, il n’y a pas de filtre, pas de cooptation sur un feeling ou un dénominateur commun.

On s’est donné un outil monnaie primitive et locale (ou autre système de comptes assurant la réciprocité) qui n’a que 2 fonctions sur les 3 fonctions de la monnaie classique, elle n’a pas la fonction de réserve de valeurs (induisant toute les excès du capitalisme, l’argent produit de l’argent), il y a seulement la fonction déclic de l’échange (rendre un transfert possible) et la fonction d’étalon servant à l’évaluation, est-ce une monnaie ? n’est-ce pas une monnaie ?, on pourrait utiliser un autre mot par exemple : pointeur d’échanges, le débat n’est pas encore fermé.

François termine sur l’interrogation : " Va-t’on réaliser en 2002, après deux siècles de tâtonnements et désillusions, va-t’on réussir d’instrumentaliser un communautarisme d’un nouveau style qui offre une véritable alternative au système économique actuel (capitalisme) ou à la dictature d’un pouvoir ’état ou autre...) ???

André

Nous sommes des adultes, nous avons une expérience, un vécu, il ne faut pas avoir peur de se faire connaître, éventuellement de descendre dans la rue, pour cela il faut s’en donner les moyens et s’organiser Il faut affermir notre capacité de protestation, avec le nouveau gouvernement : être pauvre devient un délit. Nous avons un message politique à faire passer. Il faut peut-être lever le pied de la pédale "économie" garder nos objectifs vers le "social" mais surtout appuyer à fond sur "le faire savoir" pour obtenir une plus grande transparence et visibilité

Nous avons un outil, des capacités, un argumentaire, une logique, des sentiments, un rêve. Il faut parler moins de technique et plus du lien qui nous unit.

Pantaléo

Pour parler de pluralité, il faut parler des instruments : le signifiant et le signifié

DONNER RECEVOIR RENDRE A UN AUTRE

Il s’agit d’une relation "je-vous" chacun constitue le monde avec lequel il a "à faire" Ceci est hors de la "philosophie" héritée de Socrate Platon Aristote qui définit l’humain par rapport à l’humanité Ce n’est pas, non plus, de la politique (organisation de la cité) organisation du "nous" avec ses responsables, ses magistrats. On considère seulement la relation entre soi-même "je" et les autres (que l’on a choisis) "vous" Le contrat social consistait à organiser le nous, organisation de la communauté et délégation des pouvoirs à un ou des magistrats, pour faciliter les relations(économiques) entre les personnes, la monnaie était émise par un référant (le Roi). Il s’agissait là d’organiser le "nous" ce n’est pas le problème des Système de Réciprocité Indirecte (SRI de Pantaleo).

Nous inventons une autre philosophie (un autre imaginaire selon l’expression de Pantaleo). L’instrument de paiement, la monnaie, n’est plus suffisant. Il ne peut plus y avoir une assemblée où on décide et après on doit appliquer et faire appliquer (par des moyens plus ou moins coercitifs) les décisions de l’assemblée. Au sens éthymologique du terme il n’y a plus de "démocratie"= démos(peuple, communauté : le "nous") et cratos (pouvoir,commander) le peuple (ou plutôt ses représentants) commande. Dans l’organisation du SRI (basée sur le "je-vous" les décisions sont prises collectivement lors des retrouvailles chacun retrouve les autres (qui sont d’accord avec lui, sinon ils s’excluent du vous) Chacun peut provoquer la retrouvaille (rassembler ses amis) et la décision est basée sur un réel consensus, facile à trouver car les opposants s’excluent d’eux-même.

Réflexion du rédacteur

###################################################### Si l’on voulait appliquer cette méthode au sel tels que nous les connaissons en France (pas de sélection à l’entrée, motivations et sensibilités diverses et variées) les sous ensembles "je-vous" (groupes réduits où règne un consensus) seraient des sous groupes à géométrie variables qui fonctionneraient selon leurs propres règles ce qui aboutirait à une multiplicités de règles parfois contradictoires qui feraient sans doute éclater le grand groupe : Question : doit-on préférer un grand sel avec des tensions internes ou plusieurs petits sel ou la cohérence est réelle ? #######################################################

débat sur la retrouvaille

Qu’est-ce que la retrouvaille : ce n’est pas une rencontre institutionnalisée où le Président envoie des convocation avec un ordre du jour, dans la retrouvaille chacun dit "je vous vois" ce n’est pas une assemblée où l’on doit affronter des opposants, chacun rencontre ses amis le "vous" qui correspond au "je" c’est chacun qui construit l’ensemble chaque "je" choisit son "vous" et décide de la retrouvaille

François

Pantaleo défriche des nouveaux concepts qui opeuvent faire avancer notre vision du sel, il est souhaitable que d’autres personnes s’associent à cette réflexion. Qu’observons-nous lorsque nous examinons l’histoire des sel français ? qu’a-t’on mis en commun, après les conflits d’une rare violence des premières rencontres intersel un consensus s’est dégagé pour mettre en commun un outil transversal et purement technique appelé selidaire chargé de réaliser des fonctions précises, par exemple la fonction annuaire, dont l’utilité pour tous les sel est évidente. A chaque fois que Selidaire a voulu empiéter sur la fonction politique (représentative) ex : négociation avec le pouvoir pour l’élaboration d’une loi sur les sel, il y a eu conflit, Selidaire ne peut pas sortir de son rôle de fonction transversale et purement technique, la fonction politique revient à chaque personne qui ne peut parler qu’en son nom propre (le tout est contenu dans la partie).

La gestion de nos propres violences est importante, nous sommes héritiers de ces combats passionnels et fraticides que nous avons connus il y a peu d’années (les Vans). Exemple : des sel démarrent tout feu tout flamme et après organisation, les conflits apparaissent avec le pouvoir donné au CA, représentation et hiérarchie, il y a tout de suite des tensions, les blessés des hiérarchies dans les assoc. passées s’allument : c’est comme à l’école , au boulot...) ensuite il y a auto régulation de la violence, plus personne n’ose bouger, si quelqu’un dit : on va faire ceci tout les autres disent "on va l’allumer". Dans le communautarisme, on existe par le regard des autres, il en résulte un étouffement, on souffre du regard des autres, les gens qui ont mis de l’enthousiasme sont suspectés : oh là là qu’est ce qu’il veut celui là.... ? Il faut défricher les concepts de’ Pantaleo pour ne pas retomber dans les mêmes pièges que les autres associations, où l’on constate des conflits passionnels, émotionnels d’une rare violence, c’est pire que dans les entreprises. Si l’on veut communiquer à l’extérieur, vers les autres assoc. ATTAC..etc... Si l’on veut délivrer un message unique alors va se poser le problème de la délégation de pouvoir. on est actuellement tellement incapable de faire passer un message sur l’originalité du sel, vers les médias, qu’ils disent tous : le sel c’est du multitroc, si vous voulez faire garder vos enfants en échange d’autres services allez voir le sel de votre ville, pas un mot sur le lien, sur notre manière d’appréhender nos relations avec les autres ...... Si l’on veut communiquer sur nos différences, nos spécificités, il faudra bien se mettre d’accord pour éviter les conflits internes qui la plupart du temps sont des conflits supposés, bien plus importants que les conflits réels

Il faut travailler sur des outils

Il y a la réflexion de Pantaleo, mais il y en a d’autres. Le sel de Toulouse travaille sur le jeu du TAO, c’est un travail sur ses désirs. Comment passer d’une psychologie de la rareté qui génère la peur et les conflits à une psychologie de l’abondance où chacun est plus détendu. Il existe aussi les ateliers de fraternance comportementale. Selon la façon dont on s’est construit : les pragmatiques (le comment) les idéologique (le pourquoi, le sens) les conviviaux (la fête)...on a des approches très différentes souvent génératrice de conflit. Si l’on veut communiquer, il faudra d’abord travailler sur nous-même pour analyser et dominer cette logique de conflit.

André

Pierre Clastres mérite d’être connu, c’est un ethnologe qui s’est consacré à l’étude des sociétés primitives, on pourrait se baser sur ses travaux pour constuire notre mouvance. Les société primitives n’ont pas d’état car elle refuse la division du corps social en dominants-dominés, le corps social excerce le pouvoir en tant qu’unité indivisible, ça c’est formidable !, il faut qu’on y arrive !, ça c’est l’état anarchique ! Cela nécessite un contrat d’éthique, il faut se baser sur un texte rédigeé en commun pour situer les actions de chacun et cela permet d’avoir une position égale dans les rapports avec les autres : chacun se situe sur un cercle dans une position égale et équidistante de l’autre et personne n’occupe la position centrale. Il n’y a pas de pouvoir : tout le monde s’est attelé à rédiger un texte et chacun s’engage à le respecter. Il faut réactiver l’atelier de la Charte en lui donnant une importance accrue.

Pierre

revient sur la notion de retrouvaille, il pense qu’elle sont plus informelles que l’Assemblée. Les gens se retrouvent là un peu par hasard, selon les circonstances pour discuter des questions qui les préoccupent

Pantaleo

proteste : ce n’est pas le hasard, dans le système "je vous" c’est n’importe quel adhérent qui peut provoquer la retrouvaille sur un sujet qui lui tient à Coeur, contrairement aux ssociations constituées (système "nous") où c’est le président qui convoque l’assemblée et qui avec le CA définit l’ordre du jour.

François

N’y a-t’il pas un peu l’idée de boustifaille dans retrouvaille, il y a quelques année nous avions utilisé les images de banquet, cuisine et intendance.

l’intendance : c’est selidaire l’approvisionnement de la bouffe

la cuisine : ceux qui mettent les ingrédients, qui réagissent aux attaques, l’état nous attaque à tel endroit, il faut bien réagir et se concerter c’est à un niveau moins technique que l’intendance mais ce n’est pas encore du politique.

Le banquet : Ce sont les retrouvailles, il n’y a pas de président qui envoie des convocation, mais simplement qui veut venir au banquet

Odette

a bondi plusieurs fois

Dans le discours on a plusieurs fois dit "les hommes et les femmes, ce qui implique un ordre , une préséance, on devrait dire :les humains au lieu de mettre automatiquement l’un avant l’autre. on touche inutilement la sensibilité du vis à vis. Cela n’est pas clair chez les jeunes enfants qui posent parfois la question : les chiens sont-ils aussi des humains. Odette a bondi une deuxième fois lorsque l’on a dit : il faut respecter les différences alors que l’on a envie de dire que nous sommes tous pareil. Pour éviter les conflit, il faut respecter la sensibilité de ceux que l’on cotoie avec qui on dialogue. Les conflit sont dans la nature des rapports humains, ils sont nécessaires car ils évacuent certaines tensions ou incompréhension, il faut savoir les gèrer pour les apaiser avant qu’ils ne deviennent destructeurs et par ailleurs ils deviennent graves si l’on essaie de les éliminer trop vite

Pantaleo

Le chien n’est pas un humain mais il peut être considéré comme une personne (vivre avec). La société actuelle qui repose sur le concept de "nous" est forcément génératrice de conflit. Il y a une opposition et uine majorité qui s’affrontent en permanence, il y a obligatoirement une frustation des minoritaires. Dans l’imaginaire "je vous " de Pantaleo le sujet "je" est responsable du lien avec ceux qu’il choisit le "vous"les relations sont naturellement plus détendues car dans le "nous de Pantaleo" c’est l’union du "je" et du "vous" (que le "je" a choisi) rassemblé autour d’un consensus. Il n’y a pas de génération de conflit. Nous l’avons vécu dans le SRI, dès que l’on a enlevé l’unique représentant, et c’était lui Pantaleo, parti vaquer à d’autres tâches, quand il est revenu il n’y avait plus de conflit. Le conflit est lié à une vision du monde, dans le "nous" (système non Pantaleonique) il y a forcément du conflit en raison de l’argumentation que l’on développe pour arriver à imposer une idée.

Marcelo Pour résoudre les conflits il faut d’abord travailler sur soi-même, savoir les analyser et les apaiser à l’intérieur de soi, savoir se débarasser de sa charge agressive, ne pas se tromper sur l’origine, une réaction violente est souvent conditionnée par un traumatisme profond que l’on porte en soi. Il faut se retrouver sur des choses simples et si possibles conviviales, avoir plaisir à être ensemble, se retrouver sur un consensus s’atteler à des tâches utiles à tous, par exemple faire circuler l’information. La parole seule est le pire des moyens de communiquer, elle est trop souvent source d’incompréhension, rien ne remplace le contact direct où la communication est globale : par le comportement, l’attitude, un simple sourire peut régler un conflit latent. Internet est le pire des moyens, recevoir un flot de messages redondant, via les listes de diffusion, est souvent ressenti comme une agression et inconsciemment nous conditionne pour répondre vertement à une phrase ou un simple mot mal compris. Il faut rechercher le consensus naturel, c’est un apprentissage et nos relations à l’intérieur de Selidaire peuvent être considérée comme une expérimentation qui conduit à cet idéal.

ETHIQUE

André

Sommes nous des êtres sociaux, on ne parle que de régulation des conflits ? Sommes-nous capables de nous rassembler autour d’une éthique matérialisée par une Charte ? Sommes-nous capables d’élaborer et ensuite de respecter cette Charte ?

Odette

Il y a plusieurs définition de l’éthique : Ensemble de règles inhibant les conditions qui créent le déclic de sauvagerie. Imprégnation de réflexes humanitaires pour faciliter les rapports sociaux

Pantaleo

Le concept du "nous" nécessite des magistrats dont le rôle est entre autres de faire respecter une éthique (règles, lois) qui ont été définis par d’autres magistrats issus de la société. Il en est tout autrement dans l’imaginaire du "je vous" de Pantaleo car la liaison "je-vous" repose précisément sur une éthique induite et naturelle qu’il n’est même pas besoin de définir.

Alain

La Charte existe, il suffit de s’y référer. Alain ne comprend pas bien la révolte d’André

Réponse d’André

S’il y a un problème, un individu, un sel doit pouvoir s’y référer

Marcelo

Il y a des exemples de personnes qui se sont exclues d’elles-mêmes, lorsque les sélistes se sont rendu compte de leurs agissements, ils ont cessé toute relation avec elles, qui se progressivement retrouvées hors du sel

Alain Redemande des éclaircissement sur les fondements de la révolte d’André

Réponse d’André

La personne peut évoluer, il y a confusion entre la déontologie et l’organisation de la mouvance (fédération ???) Les sel peuvent et doivent diffuser un message politique, cela est possible au niveau local et sans doute au niveau régional. Cela semble beaucoup plus difficile au niveau national. Mais chaque SEL devrait en être capable

Odette

Souvent les groupes meurent lorsqu’ils ont épuisé leur raison d’être

Pierre Explique l’évolution du sel de Tours et situe l’action d’André par rapport à ATTAC et d’autres associations dans le contexte tourangeau

André Explique comment un élément ’B) peut ranimer un dialogue défaillant entre (A) et (A’) Selidaire prend-il un pouvoir ????

Pantaleo Lorsqu’une communauté basée sur le « nous » s’organise il y a quelque chose de gênant s’il n’y a pas de référants (de pouvoir) Dans l’imaginaire "Je-vous", le référent est le sujet lui-même le "je" il y a une relation circulaire car chacun devient à son tour "je" Mais il faut organiser cela dans la pratique : Il y a une demande de "logistique"

François

Comment être efficace vis à vis des agressions de l’extérieur. Les communautés alternatives auraient besoin de ce nouvel imaginaire, il faut traduire le langage de Pantaleo, construire le "faire ensemble", avoir le souci de l’intégration des jeunes dans les sel, impliquer les jeunes dans une réflexion pour construire un autre monde

Hugo (Belgique)

Les sel entre eux essaient de s’organiser, il faut organiser nos liens

Une info

Mardi 20 h15 sur ARTE le troc en Argentine vécu au quotidien par 10 millions de personnes qui sont dans la merde. En comparaison, dans la société occidentale, le sel peut-il être considéré comme un luxe

André On peut toujours réagir, il faut une réflexion pragmatique, elle est différente lorsque on est dans la merde ou qu’on a le ventre plein. Les sel correspondent à une nécessité de l’époque, il faut travailler vers les enfants, recréer du lien.

François A Toulouse, on travaille sur les besoins fondamentaux, ne pas perdre de vue qu’on peut devenir l’Argentine

Odette notion de nécessité où est le danger réel ? Il faut aller d’individu à individu pour travailler ces questions

les mots de la fin

se réapproprier la critique de la société revoir l’éthique travailler les concepts de Pantaleo ’imaginaire "je-vous" nouvel apport des jeunes travailler en symbiose avec d’autres associations dont la sensibilité est proche exemple : bar associatif à Tours revoir la Charte, l’améliorer, l’appliquer


Commentaires

Logo de Melina
jeudi 15 octobre 2015 à 19h03, par  Melina

Encore un point de vue intéressant. D’où vous viennent toutes ces infos ? Je désespère si souvent de découvrir des infos intéressantes en ligne. Comment faire pour vous écrire ? :-)
Melina calendrier personnalisé

Logo de Kanev
dimanche 19 octobre 2014 à 15h12, par  Kanev

Cela demeure à chaque fois un vrai plaisir de vous relire, et puis votre page paraît très engageante.

architecte maison individuelle france

Avant ma maison prix d’une construction chaque construction garage france :constructeur d’une maison bois pologne prix soyez devis construction maison .Chaque exemple de devis de construction de maison quel constructeur de la maison neuve france .
Logo de Clementm
dimanche 1er juin 2014 à 21h17, par  Clementm

C’est toujours une vraie opportunité de vous relire, et puis votre page internet semble fort bien agencée.

devis en ligne assurance mobil home !!

devis assurance auto chez bnp

devis assurances auto devis assurance auto internet ses devis d’assurance auto belgique ?Ici sa devis assurance auto collection ligne moins devis assurance voiture au kilometre .Des devis assurance auto chez bnp plupart devis d’assurance en ligne auto .
Logo de fzwcy17
lundi 12 mai 2014 à 22h50, par  fzwcy17

cette page internet est vraiment une perle du world wild web.

comparatif mutuelle individuelle comparateur mutuelle santé axa devis mutuelle dentaire Nommés le comparateur mutuelle santé vu complementaire sante cic vous étudiez mutuelle pas cher et efficace Pourquoi un devis mutuelle en ligne gratuit
Logo de Laram
samedi 3 mai 2014 à 21h48, par  Laram

Ce sera avec joie que je découvrirai d’autres articles rédigés par vous. Très bonne continuation et au plaisir.

garantie complémentaire santé de 3ème niveau

complémentaire santé pour chomeur.

mutuelle santé 60 millions consoteur tels complémentaire santé 2012 .mutuelle santé 112 tellement mutuelle santé mutuelle santé labellisée nouveaux Pourquoi une complémentaire santé qu’est elles assurance santé haiti ?Sa sa mutuelle santé 15 euros comment complémentaire santé ostéopathie ...

Brèves

23 septembre 2015 - Nos dernières découvertes littéraire en septembre.

Durant ces derniers mois , nous avons reçu plusieurs ouvrages très intéressant en service de (...)

4 mars 2015 - Des Bonnes Nouvelles sur les médias alternatifs.

Pour ce début MARS 2015, Nous venons de recevoir le numéro 95 de l’âge de faire. Un numéro (...)

31 janvier 2014 - Ce mois de janvier se termine ...Avec 2 Bonnes Nouvelles.

Jean Zin , notre philosophe génial a fait paraitre un article très intéressant sur son site : (...)

5 octobre 2013 - Un atelier d’écriture à Plazac dans le 24

(function(d, s, id) var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0] ; if (d.getElementById(id)) (...)

9 août 2013 - ODE au Z.E.L.

Suite à mon envoi d’hier, voici cet Ode au ZEL mise en vers (et contre tous) Diffusion libre à (...)