POLITIS : un numéro Hors série exceptionnel

jeudi 11 octobre 2007
par Collectif TRANSVERSEL
popularité : 7%

Et pourquoi ? bien sûr pour ce numéro Hors série assez exceptionnel.

Et pourquoi ? parce que l’on y parle de tous nos ami(e)s qui depuis des années oeuvrent pour que la VIE, notre vie soit différente et nous permettent de VIVRE AUTREMENT.

Et oui, ce n’est pas trop dans nos habitudes de faire l’éloge d’une revue , étant plutôt animé par nos reflexions sur des ouvrages liés à l’économie sociale et solidaire. Mais là je vous assure qu’après être aller acheter ce numéro à mon petit kiosque local, et l’avoir carrément "dévoré", j’en suis encore tout ému.

Un bref aperçu de ce numéro , en passant par Pierre Rabhi, cet agroécologiste qui vient nous rappeler ce que signifie pour lui : "VIVRE AUTREMENT", Jean-Louis Laville nous relate les origines de ce mouvement avec Alain Caillé, deux sociologues qui ont suivi avec attention les évolutions de cette économie solidaire dans le monde.

Puis nous retrouvons François Plassard, un ami de plus de dix ans, initiateur du projet A.E.S. (asso des Eco-hameaux de l’Economie Solidaire)et bien connu à Toulouse comme co-fondateur du SEL Cocagne.

José Bové nous présente son lieu de vie sur le plateau du Larzac, puis c’est des sujets liés à l’environnement , habitat, transport, énergie solaire, avec bien sûr une remise en cause de la croissance tout azimut...

La consommation-plaisir que ce soit pour la nourriture ou l’habillement, avec un article excellent sur les Systèmes d’Echanges Locaux : les S.E.L.) "La confiture coûte dix minutes", route des SEL y est expliquée.

Puis c’est l’argent et ses fonctions qui y sont directement mise en cause avec un plaidoyer pour l’autoproduction, exemple qui devrait être un peu plus approfondi par les S.E.L. , je pense.

La culture n’y est pas oublié, tourisme équitable , mais aussi découverte des réseaux d’hébergement "Accueil Paysan", la musique , la littérature, et la découverte des logiciels libres y sont abordés.

Un numéro à ne pas rater, je vous le dis .

POLITIS , Hors série n° 46 , oct-nov. 2007


Commentaires

Logo de michel Ardouin
lundi 22 octobre 2007 à 17h03, par  michel Ardouin

En ce qui concerne le SEL, je ne crois pas que "l’essentiel est de redonner à la monnaie sa fonction d’échange", comme l’affirme Claude Fressonet dans l’article sur les SEL (Economie/échanges). L’article suivant sur le système SOL affirme que "la monnaie est devenue une fin en soi, un moyen d’accumulation et d’appropriation de la richesse, un bien de valeur soumis à la spéculation et aux intérêts et que l’argent vaut de lui-même de l’argent..." Cela me semble ridicule, et d’ailleurs contradictoire. Et quand Patrick Viveret dit : "Redonner à la monnaie sa fonction d’échange", je m’inscris en faux car depuis longtemps la monnaie officielle n’a qu’une fonction d’échange, c’est une simple unité de compte et ne peut être théorisée... le papier-monnaie ne vaut absolument rien, les pièces non plus (il y a longtemps qu’elles ne sont plus en argent ni en or), les chèques encore moins, et c’est un peu pareil avec les SICAV monétaires à court terme qui ne rapportent pas grand chose au final, en rapport avec l’inflation. A mon avis, c’est surtout parce que les échanges échappent au système de taxation que l’avantage des SEL est déterminant.

Brèves

28 septembre 2008 - Aux travailleurs du numérique. Changer d’ère ...

Malaise dans la civilisation numérique Par Jean Zin, lundi 15 septembre 2008 Aux travailleurs (...)

13 août 2007 - VOIR et AGIR : des films à la portée de tous

Avec Voir et Agir, ce sont des films mis à la disposition de tous. La diffusion publique des (...)

31 janvier 2007 - Jean ZIN du Causse du LOT

Politique - Sciences - Philosophie Ecologie-politique, ère de l’information et développement (...)

1er janvier 2007 - Statistiques de Transversel

En décembre , nous finissons l’année 2006 en beauté avec plus de 14000 visites. Notre moyenne de (...)

18 novembre 2006 - Un candidat "espérantiste" aux élections présidentielles : pourquoi ?

Cela est une bonne nouvelle. Que l’Esperanto reprenne une place aux niveau national et que l’on (...)