Un coin éthique dans tout système politique

by M. Portal
jeudi 4 février 2010
par Collectif TRANSVERSEL
popularité : 12%

Concilions(1), concilions il en restera toujours quelque chose.

Pour sortir des duels sans fin entre ennemis "copains comme cochons sur le dos des peuples", nous devons mieux accepter nos différences. Elles ne sont jamais aussi radicales qu’elles paraissent (Je suis toujours un barbare pour celui que je vois barbare).

De même que, par la physique, les techniques et les sciences, l’humanité construit un monde commun, il me semble qu’avec la liberté métaphysique, il est possible par le raisonnement de construire un monde, spirituel ou métaphysique, commun avec des valeurs partagées absorbant les oppositions tranchantes.

Comparons la lumière au bien et l’obscurité au mal. La lumière solaire (le bien) résulte de l’ensemble des couleurs (des différences), mais là où la lumière ne passe pas c’est l’obscurité... On peut alors remarquer que l’obscurité (le mal) n’a pas d’existence propre ; c’est seulement une absence de lumière. Un bien non-encore-réalisé constitue un mal. Un bien inachevé une ombre.

Comptons sur nous-mêmes

Dans l’action, restons accordés à nos consciences pour éduquer en nous éduquant.

Si une petite équipe (2) dans une population (Je pense en premier à un territoire d’ordre cantonal) réussit à se rassembler localement

- s’efforce de n’exclure personne (quel que soit son passé ou sa vision du futur, son parti ou son apolitisme, sa religion ou son irreligion),

- prête attention aux nouveaux comme aux anciens du groupe

- et fait l’effort de distribuer la parole des présents également entre tous à chaque réunion,

elle

- développera sa capacité de démocratie directe et représentative (contrôle ou appui des élus, veille citoyenne).

- aura des occasions de jumelages et de fédérations avec des groupes d’autres villages ou quartiers, puis de confédérations faisant reculer impérialismes, clientélismes, féodalités, peurs et solitudes,

- sera progressivement reconnue localement, pourra agir et avoir des résultats sans violences ajoutées de sa part

- et trouvera des solutions techniques, éducatives et écologiques à des problèmes locaux. Les solutions sont transposables et échangeables entre groupes (via internet notamment) mais elles peuvent aussi varier beaucoup d’un coin à l’autre.

N’attendons pas de lideur miraculeux ! Lideurs, nous avons tous à être éducateurs à tour de rôle (3)... comme dans les échappées cyclistes qui réussissent : chacun mène à son tour selon son inspiration et sa forme. L’équipe citoyenne commence à deux... c’est moins difficile à réussir qu’un couple !

Sans agresser

Je ne rêve pas. Tout cela ne peut se faire sans oppositions, sans luttes, sans combats, sans conflits mais c’est possible sans violences ajoutées de notre part. La violence fonctionne comme une drogue : elle donne l’illusion de l’efficacité, mais elle est irrémédiablement barbare. On ne doit pas la confondre avec la force légitime d’une population animée par la recherche de ce qui est juste.

Dans notre conception éthico-éducativo-politique, les institutions officielles et les associations contestataires continuent de fonctionner aussi bien qu’elles le peuvent tant qu’un relais n’est pas opérationnel.

Comment se ré-concilier quand on ne s’est encore jamais concilié ?

Pour échapper à la lutte violente, au combat mortel, au conflit armé, un travail permanent de conciliation. Relativisons les séparations par des constructions positives. Et puisqu’on parle beaucoup de "laïcité positive" en France en ce moment. Il est certain que la laïcité supporterait mieux cet effort si elle sentait (par exemple) un christianisme positif, un israélisme positif, un islam positif, un vodou positif... une droite, un centre et une gauche positifs, une Europe positive, une économie s’orientant positivement vers l’équité ! Qui va commencer ?

Il cherche ce qui est juste pour notre coin (communes ou circonscription électorale), trouve obsolète les concepts de "gauche", "droite" ou "centre". Il refuse d¹être systématiquement ³pour² ou ³contre² la municipalité en place (Elle peut changer, les autres élus aussi, sans modifier notre attitude).

Nous avons des amis dans les différents bords politiques présents localement, mais les premiers responsables de notre groupe ont, malgré des propositions, refusé de s¹inscrire sur l¹une ou l¹autre des listes candidates en 2008. Nous nous sentons plus appelés à devenir une "autorité morale" (vu nos âges) mais notre groupe devient une pépinière de futurs citoyen-nes politiquement engagés car nous avons contact avec des Jeunes et avec des Mûrs.

(1)"Conciliation" me paraît plus fréquentable que l’illogique "réconciliation"

(2) Ici, nous sommes une bonne vingtaine pour un "pays" de 20000 habitants. Depuis six ans, notre groupe prend au sérieux la devise "liberté, égalité fraternité" et la chose publique locale, régionale, nationale, européenne et planétaire (4).

(3) Le niveau actuel de socialisation est faible quasiment partout. Mais il n’y a pas d’issue politique digne en dehors d’un effort éthique, éducatif et démocratique en profondeur. Pourquoi ne pas partir des traditions africaines d’arbres à palabres et de conseils... non-réservés aux Anciens et aux Anciennes bien entendu ?

Pourquoi ne pas écouter l’avis des Enfants capables de dire ?

Pourquoi s’arrêter à l’individuel ? au local ?

Pourquoi ne pas chercher à se fédérer, se confédérer ?

(4) presque toutes les mairies et d’autres lieux publics, ici, arborent drapeau régional, drapeau national et drapeau européen. Pour être au top, il faudrait sans doute ajouter deux autres drapeaux : un drapeau local et un drapeau planétaire.


Pour contacter Michel par écrit :

Michel Portal 41 rue du Château Europe F 56400 Auray

courriel : michel.portal2@wanadoo.fr

Cordialement et multi-citoyennement

Michel Portal

Crédit photo pour logo : Daniel Delarasse (planté un mai en Dordogne )


Commentaires

Brèves

19 juin - DEMAIN...Le Plan ESSE

Le plan ESSE, un dispositif à hauteur des enjeux écologiques et humanitaires. A retrouver sur le (...)

13 octobre 2008 - Les enfants difficiles : comment leur venir en aide par l’échange d’unités

Non-respect des limites, opposition systématique, agressivité... certains enfants sont enfermés (...)

9 octobre 2006 - Un mois, un million d’euros pour sauver un des derniers journaux un peu libre...

Un mois, un million d’euros Depuis plusieurs mois, Politis travaillait à un plan de reprise. (...)