L’argent associatif comptable, faites-le vous même.

By D.F.
mardi 18 novembre 2008
par Collectif TRANSVERSEL
popularité : 52%

Avec une comptabilité, on garde une trace de l’échange, la réciprocité immédiate n’est plus nécessaire comme dans le troc.Il y a création d’une “monnaie comptable associative”. Nos accords chiffrés deviennent de la monnaie. La magie d’une comptabilité peut assurer la prospérité de n’importe quel groupe.

Vos compléments d’information, rectifications, suggestions et questions seront les bienvenus (par écrit)

Le renouveau du troc est intéressant, car le troc est le début d’une monnaie. En effet quand la simultanéité de l’échange disparait, il y a un compte, un souvenir, une promesse en mémoire, une parole à tenir. Vous pouvez m’offrir un panier de cerises cueillies en juin. En échange je vous donnerai une journée d’accueil en Août. Vous pouvez me donner 15 journées de vendangeur, et je vous offre 5 mois d’occupation d’une maison dans le village ( accord encore en usage dans le village de Vingrau des années 60 ).Si vous écrivez cette promesse de 15 journées de travail sur un petit bout de papier et me le donnez , je pourrais à mon tour donner ce petit bout de papier à une troisième personne à titre de paiement. Vous irez vendanger chez cette troisième personne. Votre petit bout de papier est devenu une monnaie.

L’argent, dit “oui” et “combien”. La monnaie est un accord chiffré.

Nous commençons à créer de l’argent, des unités de valeur, sans nous en apercevoir, dès que nous passons un accord : l’un fait la vaisselle tandis que l’autre conduit les enfants à l’école...Il y a à peu près la même quantité d’enfants pour la même quantité d’assiettes. L’accord est quantifié d’une façon tacite.

L’argent naît à chaque pas, à chaque geste que nous coordonnons avec l’autre qu’il soit ma femme ou mon voisin. Cet accord, on l’appel Troc et pourtant c’est le début d’une comptabilité sans crayon, la trace de nos accords est conservée en mémoire, nous n’avons qu’une parole ! Les grands financiers chinois de Hong Kong brassent des milliards ainsi depuis toujours, les yeux dans les yeux. On peut se dire oui avec un signe de tête, un sourire, un soupir, une poignée de main ou en dormant ensemble dans un grand lit carré. Mais on commence à créer de l’argent quand nous disons oui avec nos décisions et nos actions coordonnées et que les richesses ainsi échangées commencent à être quantifiées. Les chiffres gardés en mémoire dans une tête, sur un papier monnaie, sur une rondelle de métal, ou sur une puce de carte magnétique, viennent concrétiser cet accord tacite ou conscient. Si nous pouvions nous dire Oui plus souvent dans nos échanges locaux nous serions moins dépendants des signes monétaires internationaux et des décisions ruineuses ( pour nous, pas pour eux ) des financiers de New York, de Berlin ou de Tokyo. En dehors du cercle amical ou familial une monnaie plus largement acceptée devient nécessaire et permet de concentrer, de disposer, de convertir, sur un point précis, des hommes, des machines, des marchandises, des services.

La monnaie permet à une communauté de respirer, de prendre des décisions, de concrétiser des choix, de faire de grands travaux. Les gens ne se connaissent plus, ne parlent peut-être pas la même langue mais ils ont confiance en un signe commun, la monnaie. Aujourd’hui les hommes n’ont plus confiance entre eux mais ils gardent leur confiance pour des signes qui ont étés fabriqués par des étrangers, par une caste de financiers. Les hommes se font saigner jusqu’à la dernière goutte pour n’avoir pas su communiquer. Ils ont laissé s’introduire entre eux la méfiance. Je connais un excellent spécialiste de la communication, et très bon poète, qui a équipé sa villa d’un système sophistiqué de surveillance. Quand serons nous assez conscients de ces processus pour que personne ne puisse nous empêcher de prendre les décisions élémentaires qui pourraient améliorer notre vie ?

Laisserons nous encore longtemps étouffer notre action dans la peur, dans la palabre stérile ou dans la passive consommation des loisirs de masse ?

Personne ne peut nous empêcher de quantifier nos décisions afin d’inclure un nombre toujours plus grand d’acteurs, notre seul ennemi semble être notre manque de discernement ou de clarté ou nos fuites énergétiques. Désigner un bouc émissaire est peut-être agréable mais on va voir plus loin où ça nous mène. Prenons plutôt la responsabilité de notre situation.

Une comptabilité semble nécessaire comme toutes les comptabilités pour que les coûts des produits soient répercutés tout au long du fleuve production-consommation.

Cette quantification permet d’éclairer nos décisions, de les faire coller à la réalité de la production. En mettant des chiffres sur des produits ou des services nous disons à l’autre l’effort, le temps, la peine, l’amour peut-être, que nous y avons mis (et ce que nous avons consommé pendant ce temps). Puisque nous savons prendre des décisions et puisque nous savons compter, associons-nous et tenons nous-même les comptabilités correspondantes à nos échanges. A-t-on encore besoin de quelqu’un pour nous tenir le crayon. Dans quelle étrange passivité sommes nous tombés pour attendre que les financiers internationaux fassent le travail à notre place. Ils ne vont pas nous dire : “Vous pouvez le faire vous-même, gardez la comptabilité de vos accords, c’est de l’or...”

Ne sommes nous pas un peu naïfs ? Ces financiers et leurs amis se tuent au travail et d’infarctus pour gérer leurs affaires. Comment auraient-ils encore un peu de temps, de sensibilité, d’attention ou d’amour pour s’occuper des autres hommes et de la nature en plus ! Les banquiers ont mis des siècles pour prendre le contrôle de la monnaie en une lente mondialisation des échanges . Les guerres nous le verrons plus loin n’en sont que les anecdotes.

Comment commencer ?? Peut-être pourrons nous commencer à créer des accords chiffrés pour jouer et nous exercer. Deux personnes suffisent. Commençons à l’intérieur d’un groupe d’amis ou du cercle familial. Nous jouons, n’est-ce pas, comme dans un jeu de rôle. Chacun tient le compte sur un bout de carton, de sa contribution à l’économie de la maison. Ou bien on peut essayer de faire circuler des promesses écrites sur des petits bouts de papier et voir ce que ça donne. Les comptes individuels sont relevés sur un registre ou sur un ordinateur en fin de journée ou de semaine pour représenter le mouvement global de nos échanges. Les chiffres gardent le souvenir de ces transactions. Nos échanges n’ont plus besoin d’être simultanés comme dans le troc. Nous venons ainsi de créer de la monnaie comptable à l’échelle familiale.

Rien ne nous empêche dans un deuxième temps de créditer régulièrement et également le compte de chacun de 10, 100 ou 1000 unités pour mettre de l’huile dans le système, pour que la quantité de signes disponibles soit toujours en rapport avec l’accroissement de la richesse et des échanges au sein de la communauté, ou simplement pour voir ce que ça donne...

Voilà, tout est dit ou presque.

Complétons par quelques réflexions théoriques ou pratiques, et la liste de documents et adresses. Sans richesses, sans biens, sans production, l’argent n’a pas de valeur Un ticket de bus (droit de consommer du bus pendant une heure) n’a plus de valeur s’il n’y a plus de bus. Ce qui a de la valeur c’est le bus et le service qu’il peut offrir. Vous pouvez chercher d’autres exemples avec vos enfants : amusement garantit. Des tickets de bus, on peut en imprimer autant que le permet la capacité et la fréquence des bus. Alors pourquoi voit-on une région, un pays, le monde entier, s’arrêter par manque de signes, par manque d’argent, alors que la production déborde de partout ? Pourquoi nos dirigeants ne créent-ils pas assez de signes, assez d’unités pour que toute cette production s’écoule. Sont-ils vraiment responsables du bien public ?

Créer de la monnaie comptable est encore plus simple que d’imprimer des tickets de bus. Les bus s’arrènt-ils par manque de tickets ? Plusieurs monnaies et comptabilités, peuvent coexister.

Pourquoi n’y a-t-il qu’une seule monnaie aujourd’hui : La monnaie officielle créée au compte-goutte ? Qui est-ce que ça arrange quand la plupart des hommes souffrent du manque d’argent ? Nous pouvons très bien imaginer une monnaie convertible au niveau planétaire telle que celle que nous utilisons aujourd’hui et utiliser au niveau local, une monnaie comptable associative pour les besoins de notre petit groupe familial ou régional. L’écu circule bien au niveau financier tandis que nous utilisons des francs ou des marks. Que nous soyons dix ou mille personnes, c’est le même défit, faire tourner entre nous des unités comptables.

Des exemples sont cités plus loin.

Si l’argent est rare, c’est pas par hasard....

L’argent international actuel est équipé de toutes sortes de mécanismes de régulation. L’argent acquière une plus grande valeur grâce à sa rareté soigneusement entretenue. Ce qui est rare est cher. Le loyer de l’argent est soigneusement calculé dans les grandes places financières internationales de telle sorte que les profits des possesseurs d’argent soient optimisés. Trop d’argent ; son taux d’intérêt tombe immédiatement puisque tout le monde en a. Les profits liés aux prêts et à la circulation de l’argent diminuent. Pas assez d’argent ; tous les échanges économiques mondiaux sont paralysés et l’argent perd de sa valeur puisque celle-ci vient d’une économie prospère (le ticket de bus n’a plus de valeur, s’il n’y a plus de bus) Il faut donc étouffer l’économie mondiale un tout petit peu, mais pas trop. De tant en temps il faut desserrer l’étreinte pour permettre au monde de reprendre son souffle. Ainsi les spéculations peuvent reprendre de plus bel. Les flux monétaires internationaux correspondants à des échanges réels de biens et services, sont 20 à 30 fois inférieurs aux flux correspondants à de simples mouvements spéculatifs boursiers. (C’est dans le livre de géographie du baccalauréat) Les signes monétaires consacrés à fluidifier les échanges sont proportionnellement de moins en moins importants. Il y a un effet ”boule de neige”. Les intérêts retirent de la circulation plus d’argent qu’il n’en a été injecté au moment du prêt. L‘argent devient plus rare encore. Les impôts, les emprunts publics retirent aussi de l’argent de la circulation. Il y a d’autres exemples dans l’histoire d’hier et d’aujourd’hui de rackets célèbres associés à la rareté. On stock, on verrouille et on fait payer ! L’impôt sur le sel, les taxes sur la circulation, les octrois...Là aussi vous pouvez trouver avec vos enfants d’autres exemples de rareté naturelle ou organisée. Voici un exemple de rareté naturelle. Quand le gel détruit la production de salades dans les jardins familiaux les prix montent au marché et les maraîchers qui savent faire des couches chaudes sont contents. En pleine production le prix des tomates tombe à zéro... Etc... L’argent rare, est un outil de corruption La rareté fait un argent cher et puissant. Toutes les énergies ou presque peuvent être achetées. La plupart des hommes recherchent les activités les plus lucratives. La plupart des femmes recherchent les hommes qui leur assurent prestige personnel et sécurité pour élever leurs enfants. Le prix de la sécurité même devient plus élevé. La compétition devient plus féroce. Le profit immédiat passe avant toute autre considération d’ordre social, humanitaire ou écologique. Cette pression permanente engendre des décisions erronées à tous les niveaux et suffit à expliquer la pagaille du monde actuel. L’argent abondant permet de diriger la production Les consommateurs munis d’un pouvoir d’achat, exerceraient un droit de vote sur la production. Un marché libre et fluide, avec assez d’argent en circulation, reflèterait le désir des consommateurs et la production suivrait fidèlement. Toutes les procédures telles que réajustements, reconversions, assainissement du marché, quotas, ne sont nécessaires que sur des marchés bloqués qui ont perdu leur souplesse par manque d’argent (parce que l’argent est plus profitable ailleurs). Voilà des économies de personnel en perspective dans certaines administrations. Les richesses du monde appartiennent à tous Depuis des siècles, les sociétés humaines, les civilisations, le progrès technique, les lois, permettent de dégager de la joie de vivre avec ou sans exploitation des richesses naturelles et de l’énergie de la planète. Ces hommes sont morts et nous sommes leurs héritiers, copropriétaires de cette richesse collective immense. La part de la machine (fruit du progrès collectif) dans la production est de plus en plus grande. Nos revenus par notre participation personnelle, par le travail, diminuent de plus en plus inévitablement. Nos revenus de copropriétaires, de capitaliste planétaire doivent donc augmenter par la distribution de dividendes. C’est ce qui se passe du reste, encore modestement sous forme d’allocations sociales de toutes sortes. Ainsi l’aide gouvernementale apportée à l’agriculture française en 1992 atteint 3500 F par mois et par personne. 3500 F par mois pour produire moins, pour arracher la vigne, pour mettre les terres en jachère... Alors pourquoi répéter que nous avons tous le droit au travailler. A l’ époque biblique, peut-être. Mais aujourd’hui avec toutes ces machines qui travaillent pour nous (et en supprimant le gaspillage qui résulte de la compétition ) nous pourrions ne travailler que deux heures par jour (lire “Travailler deux heures par jour” de Adret, édité par Points-Seuil , Paris 1977.) Le crédit social ou revenu d’existence, est un crédit injecté régulièrement, et également sur le compte-crédit de chacun sous la forme de simples chiffres. Cela peut se faire d’une façon électronique et automatique. C’est un crédit inconditionnel accordé à chacun de sa naissance à sa mort. C’est son dividende de capitaliste, de co-propriétaire de la planète-terre. A production de plus en plus automatique, il nous faut un revenu, un pouvoir d‘achat de plus en plus automatique.

Feindre de demander du travail pour tous et restreindre la production par des cotas est complètement contradictoire mais on peut comprendre comment on en est venu là. Les gens qui sont parvenus au pouvoir, qui façonnent l’opinion, qui sont les locomotives et portent les valeurs de notre société, sont pris dans une telle course au profit, dans une telle boulimie, dans un tel élan, qu’ils sont sincèrement persuadés qu’il faut beaucoup travailler pour gagner de l’argent et une place au soleil. Ils y sont parvenus en chérissant ces valeurs, de père en fils. On peut comprendre que dans un élan de compassion à notre égard, ils aient envie de nous faire partager le secret de leur réussite. Ils se tuent au travail, il veulent que nous en fassions autant.

Combattre et s’activer est leur jeu et leur raison d’être depuis 10.000 ans. Les machines ne sont apparues que depuis 100 ans. Les valeurs d’hier ne sont plus adaptées à la situation d’aujourd’hui. Puisque nous sommes tous égaux devant la Loi , nous devons êtres tous égaux dans le partage de notre héritage universel. Les banquiers ont tendance à penser que l’argent leur appartient (que feriez-vous à leur place ? Avez-vous laissé tomber ces valeurs associées à la compétition et au profit ? Forts de cette conviction, ils demandent des intérêts forts élevés pour leur soi-disant propriété. Ils prennent des décisions en fonction du seul profit immédiat du système financier qui les porte. Ils se trompent simplement d’échelle. Le système qu’ils devraient servir est la société toute entière pas seulement la corporation des comptables. Par les prêts accordés aux entreprises les plus capables de rembourser des intérêts élevés, les banquiers MONOPOLISENT et créent de toute pièce la totalité de l’argent du monde. Abus de pouvoir et de bien public à un niveau planétaire, issu de privilèges chèrement gagnés. L’imposture bancaire, une habitude moyenâgeuse Autrefois les princes pour faire la guerre, ignorants des mécanismes économiques et monétaires, au lieu d’émettre eux-même les signes nécessaires pour concentrer en une armée, en un point précis les quelques richesses éparpillées du royaume, empruntaient de fortes sommes auprès des banquiers contre de forts intérêts et privilèges. Les banquiers naissaient au sein de groupes religieux, résistaient à l’oppression des armes et prenaient leur revanche. Ces privilèges des banquiers d’hier ce sont concentrés dans les mains des financiers d’aujourd’hui. Les gouvernements empruntent des sommes énormes auprès des banques pour faire la guerre au voisin. Il est très intéressant pour un financier qu’il y ait beaucoup de voisins pour se faire la guerre mutuellement. Ces emprunts peuvent financer également de grands travaux publics et constituent la dette publique ou dette nationale. Les gouvernements continuent comme au moyen-âge à lever des impôts et taxes, directs ou indirects ou à vendre les biens publics pour rembourser cette dette si immense que seuls les intérêts peuvent être remboursés. La propriété privée de cet argent n’est encore contestée que par quelques pèlerins`. Les Pèlerins canadiens de St Michel, justement, (adresse en fin de document) . Ils éditent un journal édifiant et dénoncent le racket des banques et du F.M.I. (Front Monétaire International ) C’est un racket organisé aux niveaux nationaux et planétaires pour préserver le monopole bancaire de création de la monnaie. Les décideurs, représentants du peuple, pourraient très bien décider d’émettre les crédits, les signes de paiement, les unités monétaires nécessaires à la bonne marche du pays, (certains l’ont fait comme Lincoln et Kennedy, voir plus loin ce qui leur est arrivé ...) mais la plupart préfèrent entretenir l’idée ( c’est plus sûr ) que l’argent est rare, en quantité limité, qu’il doit être emprunté aux banques ou piqué (très difficilement il est vrai ) dans la poche des contribuables. Ces mécanismes économiques et monétaires sont pourtant bien connus d’un grand nombre d’hommes éclairés. Mais la puissance du système bancaire est-elle devenue si énorme que les vérités ont tant de mal à passer ? Lincoln et Kennedy qui ont méprisés les prêts usuraires des banquiers de leur temps pour imprimer leur propre monnaie, comme leur permet la constitution américaine, furent plus tard assassinés.

Y a-t-il un rapport ? Lire à ce sujet les documents signalés à la fin de ce texte.

Un mystère plane sur la création de l’argent... Les responsabilités sont extrêmement diluées. Beaucoup de petits épargnants, de petits porteurs profitent de ces jeux financiers. Les travailleurs dans les usines d’armement ne peuvent s’offrir le luxe d’avoir des scrupules, ils ont des enfants à nourrir. Les classes dirigeantes dans les pays pauvres, comme tout le monde, ont un ego à nourrir. Les pères et mères de ces pays sont si misérables qu’ils abandonnent leurs enfants, ceux -ci pourchassés par la police vont roder dans les égouts des villes... Après la misère, vient la guerre... La vente des armes a beaucoup d’avantages. Ici, la guerre fait monter l’audimat. La guerre relance tout de suite l’activité industrielle et boursière, ça relance la croissance. La guerre, fait plus propre que la misère noire qui se développe comme ça sans raison... La guerre c’est simple..Ca n’a pas besoin d’explication. Et quand le voisin vous envoie des obus sur la tête vous n’avez pas trop le temps de penser à autre chose. Le voisin devient le bouc émissaire. Le sentiment d’identité si gravement menacé par cette misère se reconstitue un peu dans la haine. Quand cette colère est organisée et approvisionnée en armes, on obtient une guerre. Des peuples amis depuis une éternité, en viennent tout à coup à s’entretuer. Le troisième larron est toujours là, derrière, à entretenir la querelle. Mais les commentateurs de télé n’en parlent pas. Les représentants de la haute banque et de l’industrie vont visiter ces peuples en colère bien avant la manifestation des conflits. Ils échangent des armes contre des marchandises, des promesses et des privilèges. Ces gens déjà affamés ont le droit de consommer gratuitement les obus qu’on leur balance sur la tête. C’est ainsi qu’on leur sert leurs dividendes de co-propriétaires planétaires. Le froid, la sécheresse , la maladie terminent le travail. Ces pays déjà pauvres retournent à l’âge de pierre. Les nouveaux financiers, investisseurs et reconstructeurs sont accueillis comme des dieux salvateurs avec quelques concessions supplémentaires. Les cours en bourse continuent à monter et les usines redémarrent dans les pays “civilisés...” Ce n’est finalement pas très propre ces histoires d’argent. Il vaut mieux laisser aux spécialistes le soin d’en parler. Ils nous tartinent des explications savantes et incompréhensibles et nous épargnent des remords. Pendant ce temps-là des millions d’êtres meurent de guerre, de faim ou de froid d’un côté de la terre tandis que de l’autre côté on freine la “surproduction “ comme si tout le monde était bien pourvu. Le système financier actuel tire sa force de sa cohésion, de son immense logique, la logique du profit immédiat. Chacun est d’accord sur le résultat d’une addition, surtout s’il est actionnaire et surtout s’il ne prend pas en compte les coûts en misère humaine, en destruction de la nature, en rétrécissement de notre cadre de vie, en pillage des ressources planétaire, de nos identités culturelles. Les gens du “système” sont en compétition intense mais se marient entre eux. Ils sont d’accord sur les mêmes valeurs, les mêmes symboles, les mêmes croyances. Ils réussissent même à nous les faire adopter ! Le système reste cohérent et les additions continuent à s’additionner..

QUE FAIRE ?

Cessons de véhiculer des pensées fausses sur l’argent. Approfondissons et vivons ces notions. Que nous vivions seuls, en couple ou en groupe, nous pouvons participer en permanence à la monté de symboles et de significations différentes. Cette élaboration est permanente et pratiquement inconsciente. Tel échange, tel coup de téléphone, tel regard que nous offrons, tel achat correspond-t-il à un nouvel ordre plus juste et plus humain. C’est pourtant vers cette clarté, cette certitude que nous devons nous diriger si nous ne voulons pas nous faire les complices du triste bazar dans lequel nous vivons. Notre indignation, notre sens de la justice, notre compassion peuvent nous venir en aide. Quelques idées, puis une multitudes d’actes quotidiens, simples, plus justes et vécus ensemble affermiront cette conscience nouvelle. Les projecteurs et les caméras des télévisions du monde entier sont aujourd’hui braqués sur les dirigeants. Ceux-ci, pris en sandwich entre une opinion publique mature et la maffia financière, ne pourront plus dire des âneries quand nous-même auront mis plus de clarté dans nos têtes et dans nos actions et transactions. Peut-être ces pères Noël deviendront-ils un jour nos nouveaux “incorruptibles”, ces symboles de justice que nous nous aimons voir le soir, à la télé. Leurs représentations ne nous lassent jamais. C’est toujours le bon qui finit par triompher. Ca fait oublier les bébés qui crèvent à l’autre bout du monde dans les bras de mères affamées, ça nous apaise. Nous pouvons dormir heureux. Et si ça ne suffit pas les tranquillisants sont là pour ça. Chaque monnaie peut devenir le symbole de l’identité d’un groupe... qui se reprend en main et s’organise face à la consommation de masse, de signes ou d’objets. Chacun a besoin de s’associer à une tribu, un clan, une famille culturelle et se sentir bien au chaud au milieu de ses croyances, de ses valeurs, de ses signes. Pour chaque groupe les signes seront différents mais la démarche est la même. : protection mutuelle et gratification mutuelle dans ce partage de signes et symboles semblables. Personne, n’échappe à ce besoin de chaleur et de gratification par le regard approbateur du compagnon ou du voisin. C’est aussi le même mécanisme dans un couple : gratification mutuelle (quand l’autre regarde ailleurs, évidemment ça fait mal et quelque-fois ça rend méchant, mais c’est une autre histoire). L’argent, la recherche effrénée de l’argent, c’est aussi le besoin de se narcissiser, de se sentir bien dans sa peau. C’est ce qui pousse l’homme à se battre pour recueillir ce signe universel de puissance qu’est l’argent mondial universel des financiers internationaux. Question : la satisfaction narcissique recueillie auprès d’un groupe restreint équipé d’une monnaie bien à lui, pourrait-elle faire pâlir l’attrait de la monnaie universelle ? A quand une monnaie basque associative, ou catalane, ou marseillaise, ou la monnaie des footballeurs en retraite, ou celle des anciens élèves de..., ou la monnaie catholique ou musulmane ou kurde ???

Documents sur l’argent, les réseaux d’échange, les monnaies d’appoint... Bientôt publiés en ligne sur Transversel.(disponible sur demande ou directement à l’association Transversel , nous appeler.)

Abondance, dividendes, crédit social pour tous, livre de Louis Even, grand public (90) AMI (accord multilatéral sur les investissements), l’horreur économique (8) Argent aspects philosophiques, spirituels et psychanalytiques (15) Argent associatif, argent privé ; faites-le entre vous en abondance, c’est tout simple (6) Argent, aujourd’hui détourné au profit des banques privées, est une imposture et réduit le monde à la misère (68) Argent, exercices pour en faire venir (16) Argent fondant, Sylvio Gesel, Worgl 1933 ; Lignières 1956 (60) Argent sale la grande lessive mondiale (19) Argentina global network, en anglais (11) Argentine, réseau global de 20 millions d’usagers (30) ATTAC, Assoc. pour la taxation des transactions financières pour l’aide au citoyens (16) Banques et investissements éthiques (41) Banque mondiale, FMI, finances du monde (40) Banque solidaire La Nef, pour faire « travailler » votre argent proprement (42) Capitalisme, pourquoi, comment (10) Carnet de compte personnel, pour 52 échanges en temps réel pour JEU et SEL, format 105 X150 mm (10) Chèque-emploi-service (6) Chômage, premier pas vers l’autonomie (36) Commerce équitable, entreprises propres, Karma capitalisme (58) Comment dynamiser les SEL et le JEU (15) Corruption, Europe, tiers-monde, lutte (18) Création monétaire, SEL, crédit social (22) Crédit social de Douglas : dividendes pour tous (36) Crimes financiers contre l’humanité (32) Croissance-pillage, course à l’abîme (8) Dette publique, le racket des financiers (12) Dollars-temps aux USA, monnaie de secours, sans impôts, pour permettre aux plus démunis de prendre leur vie en main (24) Douglas, pionnier du crédit social, (8) Echange-marchandise, le troc des pros (12) Economie distributive, mesures de transition vers un monde plus humain (20) l’Etat et les SEL, 2 formes de solidarité (28) Fausse monnaie et fausse fausse monnaie (8) Finance saine efficace par Douglas (31) Fortune assurée, intérêts composés (15) Franklin, Lincoln et Kennedy, histoire du contrôle bancaire aux U.S.A. (12) Ile des naufragés, fable pour comprendre le mystère de l’argent (14), existe aussi en espagnol (20), portugais (10), allemand (11), italien (12), anglais (17) Illustrations, 150 dessins du domaine économique (33) Impôts, comment limiter les dégâts (30) Impôts, dus au contrôle de la haute banque sur la création monétaire (15) Inflation, hypothèses, exemple de 1974 (14) Ithaca, papier-monnaie associatif (14) Ithaca succes stories (en anglais) (12) Annuaire du JEU (Jardin d’Echange Universel) créé en 1998 après la rédaction du texte qui précède, comporte en février 08, 2000 annonces d’offres, demandes et coordonnées complètes de personnes ouvertes aux échanges. Le catalogue complet pour la France, l’étranger et le Québec : 30 Euros port compris Autres documents sur l’argent : Magasins pleins, porte-monnaie vides (4) Marchands d’argent, ou le mythe de la révolution populaire de 1789 (12) Métiers accessoires et de peu d’importance, pas d’inscription au registre des métiers (4) Micro-crédits, banques des pauvres (31) Monnaies privées mondiales, électroniques (6) Monnaies sociales, histoire, exemples(17) Mythes, mensonges, impostures (8) OMC, F.M.I., pillage du tiers-monde assuré (42) Revenu d’existence, droit à la vie (24) RMI, Revenu Minimum d’Insertion, repères (15) SEL, aspects juridiques et sociaux (37) SEL, articles de presse 87-98 (143) Time dollars, l’idée de la co-production (4) Tontines, banques populaires (39) Travail des enfants (16) Travail au noir, économie informelle,France (16) Travail, chômage, partage, solutions... (41) Travailler dans le 1/3 monde avec le BAFAD (Brevet d’Aptitude à la Fonction d’Agent de Développement (4) Travailler pendant le chômage et la retraite (8) Troc, formes diverses, aspects fiscaux (10) Troc-Temps, l’ancètre de Pau, 1h.=1h. (29) Wir, réseau monétaire associatif, né en 34 en Suisse, 60.000 adhérents aujourd’hui (22) Wir, magazine mensuel, spécimen (32)


Texte de Daniel Fargeas, 66600 Vingrau, France, Le contacter par courrier postal à cette adresse.

Voir aussi le BLOG Monnaies associatives en cliquant ICI


Commentaires

vendredi 9 janvier 2015 à 19h10

Ce blog mérite véritablement d’être rangé en marque-page, sans oublier que cela reste souvent difficile de repérer des sites internet ergonomiques.

vous mangez vous écrirez entreprise 3m


assurance rc professionnelle kinésithérapeute entreprise familiale le plupart des vous étendrez assurance professionnelle location voiture pour assurance entreprise geneve Avoir le assurance 406 vous pleurez assurance professionnelle naturopathe

Brèves

4 septembre 2012 - Parce que la culture doit appartenir à tous ... Partageons-la !

J’ai trouvé ça, pour les mirauds, les pressés, les fainéants, et ceux qui écossent les petits pois (...)

1er septembre 2012 - Créer votre infokiosque dans vos SEL...C’est facile et c’est un moyen unique d’informer.

Qu’est-ce qu’un infokiosque ? article mis en ligne le 15 août 2003sur le site d’Infokiosque.net (...)

25 février 2011 - L’association TAOA

Transversel , les a rencontrés lors des rencontres d’été de Jambville, et depuis nous avons eu des (...)

22 septembre 2009 - SUISSE : la dissolution de l’association TROC-Actif

C’est avec regret que nous apprenons la dissolution de l’association-amie de Transversel depuis (...)

27 mai 2008 - La Gazette SPIP : le numéro 2 est paru...

Huit pages d’enquêtes, de reportages, de brèves, de portraits, d’amour et toujours sans une seule (...)