Le J.E.U. ou Comment passer d’un SEL jetable à un SEL durable ?

mercredi 26 juin 2013
par Daniel D.
popularité : 2%

Depuis 1994, les SEL soulèvent notre enthousiasme. Quelle belle idée. Pendant quelques années les échanges vont bien. Le niveau de vie des adhérents augmente, chacun y gagne en dignité. Les échanges sont d’abord dopés comme dans toute société où l’on introduit une monnaie abondante.

Votre carnet du J.E.U. en cliquant ICI

Comment passer d’un SEL jetable à un SEL durable ?

Les grains, les truffes, les unités de valeur (quel que soit leur nom) apportent de l’huile dans les échanges et les relations. Puis au bout de 4 ou 5 ans, ce beau mécanisme commence à se gripper. Pourquoi ?

Un réseau d’échange, un système d’échange, c’est un territoire, c’est comme un grand chaudron dans lequel on prépare de la soupe. Cette soupe ce sont les hommes et les richesses qu’ils produisent. Ces hommes et ces femmes créent la richesse par leur imagination, leurs rêves, leur communication, leurs accords, leurs enthousiasmes, et la confiance qu’ils s’accordent. Pour faciliter les échanges on ajoute des unités dans le chaudron et ces unités circulent de l’un à l’autre.

Qu’est-ce qu’une unité ?

Dans les SEL, les unités d’échange, sont censées permettre plus d’équité dans les échanges. Les unités sont comme des tickets, des promesses de consommation.

Alors qu’un ticket de bus permet seulement de consommer du bus, une unité de valeur dans un SEL permet de consommer n’importe quelle richesse ou service disponible dans le chaudron, c’est une unité de consommation universelle comme n’importe quelle monnaie classique.

Encore faut-il que les richesses soient là. S’il n’y a pas de bus au rendez-vous (en grève, trop peu nombreux, pas réparés ou remplacés ou bloqués par un encombrement), on peut avoir pleins de tickets dans la poche, on est quand même obligé d’aller à pied. Dans un réseau d’échange, dans un SEL, nos unités de consommation universelle ne nous sont pas de grande utilité si les richesses ne sont pas en face.

La règle dans les SEL, est que les unités de consommation (les crédits) naissent des débits. C’est un peu ce qui se passe dans la société orthodoxe (de l’euro ou du dollar) où ce sont les découverts et les prêts qui apportent des unités monétaires dans le système.

Mais il y a une grande différence : dans le système orthodoxe, ces prêts sont rigoureusement contrôlés. Toutes sortes de mesures de régulation, de garanties, de lois financières ou civiles, de tribunaux, de prisons sont mis en place pour permettre le retour des unités prêtées.

Dans les SEL, donc, quand quelqu’un est en débit, sa consommation personnelle des richesses du réseau est (c’est la définition du mot débit), supérieure à sa production personnelle. On est en face d’une destruction de richesse (une salade consommée est une salade détruite). Les unités « négatives » représentent de la richesse réellement produite puis consommée et détruite.

L’ennui, c’est que quelqu’un augmente son crédit en même temps. Il se met à accumuler des unités sur son compte. Il accumule des chiffres. Les unités « positives » représentent un droit symbolique de consommation future (dans un SEL, ce sont des chiffres dans des colonnes, autant dire du vent ou presque).

Maintenant groupons tous les débits d’un côté. On obtient une grosse masse de destruction de richesses. De l’autre côté, en exacte proposition on obtient une belle addition de chiffres. Plus le réseau se développe plus ces masses grossissent. Les porteurs d’unités se retrouvent avec plein de chiffres positifs sur leur compte et de moins en moins de richesses disponibles sur le marché.

La mort lente des SEL

Vous devinez la suite. Les possesseurs d’unités commencent à trouver que les services sont de plus en plus difficiles à obtenir. Leur enthousiasme à produire des biens et services, commence à s’émousser. Avec cet enthousiasme qui s’envole, c’est toute la richesse potentielle du réseau qui s’effrite. Ces « producteurs » suspendent leurs services en espérant d’abord consommer la richesse qu’autorisent leurs unités accumulées. Ce processus d’essoufflement est difficile à repérer. Il est masqué d’une part, par l’arrivée de nouveaux adhérents « tout feu, toute flamme ».

D’autre part, le temps de réaction est variable pour chacun. L’éternel méfiant s’arrête de produire avec 500 unités tandis que l’éternel optimiste, peut s’arrêter de produire quand il atteint 40.000 unités. De leur coté, les personnes débitrices ne se mettent pas comme par enchantement à produire. Pour elles aussi, l’accès aux services se fait plus difficile. Elles hésitent à renouveler leur cotisation.

Puis, quand elles sont exclues et rayées des listes pour défaut de paiement de cotisation, vexées par cette exclusion, elles ne pensent évidemment plus à leur dette vis à vis du réseau. Dans les petits SEL, où les échanges se font « à la bonne franquette » et sont très peu comptabilisés, il n’y a évidement que très peu de création d’unités et l’équilibre entre création d’unités et création de richesses n’est pratiquement pas menacé.

Comment passer d’un SEL jetable à un SEL durable

Il nous faudra peut-être un peu de temps pour que nous admettions que les grands SEL ressemblent à une machine à transformer de la richesse en unités, en chiffres sans valeur.

Les SEL et les LETS comportent une véritable bombe à retardement. En comprenant ce lent et inéluctable mécanisme d’autodestruction nous pourrons désamorcer cette bombe et apprendre à contrôler l’émission des unités. Ces unités de consommation devront évidemment être émises parallèlement à la production des richesses et non pas parallèlement à leur destruction.

Puisque qu’il y a trop d’unités en circulation en France (parce que les débits sont créateurs d’unités), [[ne continuons pas à en créer encore plus, supprimons d’abord les débits.

Si l’équilibre richesses-unités redevient normal, on pourra à nouveau autoriser l’injection d’unités dans le système, soit en réintroduisant prudemment les débits ou par d’autres méthodes de création d’unités, comme celles qui ont fait leurs preuves dans le réseau Ithaca (prêts gratuits, bourses accordées à des associations caritatives apportant une richesse sociale depuis longtemps, crédits individuels accordés en échange du maintien d’un service essentiel pour une durée de plusieurs mois).

L’ajustement des unités injectées dans le réseau peut être réglé par un mécanisme déjà utilisé dans le réseau Ithaca. Une petite visite à Ithaca (au nord de New York) ne serait pas du luxe.

Quelques autres mesures

En attendant que la prise de conscience se fasse et que les mesures appropriées se mettent en place, je suggère que les échanges se fassent en trocs, dons ou partages, sans comptabilité. Les échanges seront stimulés si les annonces de nos bulletins de liaison sont assez séduisantes pour nous donner envie de nous rencontrer. Les rencontres collectives ont aussi leur rôle. Avec une fréquence mensuelle et à dates faciles à retenir et connues de tous, elles pourraient regrouper sur 3-4 heures, un marché, un repas avec panier tiré du sac, une présentation et un débat sur les projets et options futurs. Chacun pourrait y trouver une motivation pour venir à la fête.

Texte de l’atelier systémique "Sauvons les SEL de la mort lente "

Mai 2004

mis à jour le 10 avril 2007 par daniel d.

re-publié ce jour pour ré-ouvrir le débat...Trop de SEL ne sont plus fonctionnels et remplacé par des réseaux locaux de consommateurs...Voire les "Ye-Ki-Toi", Amap, don, etc... !!!


Bientôt la Lettre d’été de Transversel.... !!!

Les 28 et 29 juillet 2013 à Parisot dans le 82 Rencontre des J.E.U. de France et des pays francophones... Venez nombreux(ses)


Commentaires

Logo de Collectif TRANSVERSEL
jeudi 8 août 2013 à 10h06, par  Collectif TRANSVERSEL

Une réussite pour cette première rencontre...bientôt ici même le compte rendu.
Daniel D. JEU 24

Logo de Amber
mercredi 17 juillet 2013 à 17h38, par  Amber

We need someone with qualifications rx neurontin gabapentin Texas within the previous 7 years (from your residency history), additional county criminal

Logo de Ryan
jeudi 11 juillet 2013 à 16h22, par  Ryan

Free medical insurance generic imitrex injection PHCY 477* October APPE 4.0 DPPE Faculty

Logo de Colton
jeudi 11 juillet 2013 à 16h22, par  Colton

I’d like to open a personal account zoloft vs paxil for premature ejaculation purpose and expected length of the sessions, and obtain the patients agreement to

Brèves

2 janvier 2011 - Le robin - Projet de société à double valeur de référence

Parce qu’elle s’est donnée pour objectif de dégager des lois et de formuler des prévisions à partir (...)

18 décembre 2004 - Penser public : le site de la réforme des services publics avec un wiki

Le sentiment d’inefficacité des services publics est largement répandu et repose trop souvent sur (...)

17 juin 2004 - Faire le point...fin juin 2004

Il est vrai que passer de 4 à 5000 visites par mois sur notre site en décembre à moins de 500 par (...)

6 mars 2004 - PIERRE CARLES, Ciné-Passions en Périgord

Du 10 au 23 mars 2004... Pierre Carles ne chôme pas. Viré ou censuré par la plupart des chaînes (...)

30 juillet 2003 - Proposer simplement une info sur TransverSel

Par Thierry Sur Le site des contributions pour SPIP , une nouvelle contribution permet en (...)