11 janvier 2015 : Autour de Charlie

Réflexions.
lundi 12 janvier 2015
par Collectif TRANSVERSEL
popularité : 1%

Bien sûr, comme tant d’autres, « je suis Charlie », horrifié, peiné, révolté par un acte aussi lâche et d’une inhumanité sans nom. Ne vous méprenez pas sur ce que je vais partager avec vous ; le but n’est pas de trouver des justifications, des excuses à ceux qui l’ont perpétré. Il est de ne pas nous laisser prendre par « l’effet loupe ». Vous savez, quand toute notre attention est focalisée sur un point précis, notre champ de vision ne perçoit plus ce qu’il y a autour et ce serait un bien piètre hommage à rendre aux victimes du journal que de ne plus être capables de voir les choses au delà de l’évènement lui-même.

Si le terrorisme pratiqué par les fanatiques islamiques est indéniable, et dont d’ailleurs les principales et plus nombreuses victimes se situent au sein de leur propre peuple, une autre forme de terrorisme est à l’œuvre dans notre monde, en permanence et infiniment plus destructeur, mais non reconnu car jamais désigné comme tel et parce que confondu à l’ordinaire du quotidien. Je veux parler du terrorisme lié à une autre idéologie, économique celle-là mais qui a pris place de religion, je veux nommer l’ultra-libéralisme. Ce terrorisme là n’a pas besoin de Kalachnikov ni d’opération commando ; il tue et inflige d’immenses souffrances à des millions de personnes mais en silence, dans le plus total anonymat et la plus totale banalisation, avec pour arme l’ordinateur, la spéculation, les traités de libre échange, la dette, l’impératif de croissance, la recherche de profit financier comme seul finalité. 30.000 citoyens du monde meurent de la faim chaque jour, (5 fois les tween towers de NY) non que la nourriture manque, mais parce qu’elles n’ont pas l’argent pour l’acheter. 40 millions de personnes aux États Unis survivent grâce aux tickets repas. 150.000 personnes sont sans abri en France. 200 millions de chômeurs dans le monde, du moins répertoriés dans les statistiques, sans doute beaucoup plus. Que voulez-vous, c’est la crise ! Mais nous avons la situation bien en main, assurent nos dirigeants politiques, prêtres de cette autre religion, avec une bonne cure d’austérité, croyez-nous, vous vous sentirez tout de suite mieux ! Parlez-en aux Grecs...

Oui, je suis Charlie, mais je suis aussi le chômeur qu’on culpabilise et dont on rogne les indemnités, le sans abri qu’on feint de ne pas voir tant il dérange, le paysan sans terre du Brésil ou d’ailleurs, le Kogi qu’on chasse de son territoire pour y chercher du pétrole, l’esclave moderne des mines d’Afrique ou des usines du tiers monde... mais je suis aussi terre dévitalisée par les intrants chimiques, rivière empoisonnée, graine stérilisée, fond marin dévasté, arbre déraciné, abeille désorientée, air pollué, roche fracturée... Bref, Vie niée.

Faisons donc en sorte que Charlie ne soit pas récupéré, instrumentalisé par les tenants de cet autre terrorisme ; prenons garde que la légitime émotion ressentie ne soit pas utilisée comme outil de manipulation des masses. Car si vous regardez dans le rétroviseur, vous verrez combien longue est la liste des attentats qui, perpétrés par une force étrangère ou orchestrés de l’intérieur même, ont été manipulés pour conduire les peuples là où ils ne voulaient pas aller. Regardez comme depuis plusieurs années, le terrorisme, la dette, la crise, sont prétexte à interventions militaires, à armement renforcé des forces policières, à répressions musclées, parfois meurtrières des mouvements citoyens contestataires, combien nos démocraties et les valeurs sur lesquelles elles prétendent s’appuyer dérivent et sont bafouées sous la pression du totalitarisme de la finance internationale et de l’idéologie ultra libérale.

Alors, plus que jamais, que Charlie nous aide à garder les yeux ouverts et à ne pas nous faire les complices de ce terrorisme aveugle et institutionnalisé, tant tout est et sera fait pour nous endormir ou nous hypnotiser.

Amicalement Philippe


Pour ce mois de janvier , il est clair que ces évènements resteront logtemps dans nos mémoires. La rédaction de l’Association Transversel vous présente tous ses voeux.

A bientôt.


Commentaires

Brèves

19 juin - DEMAIN...Le Plan ESSE

Le plan ESSE, un dispositif à hauteur des enjeux écologiques et humanitaires. A retrouver sur le (...)

13 octobre 2008 - Les enfants difficiles : comment leur venir en aide par l’échange d’unités

Non-respect des limites, opposition systématique, agressivité... certains enfants sont enfermés (...)

9 octobre 2006 - Un mois, un million d’euros pour sauver un des derniers journaux un peu libre...

Un mois, un million d’euros Depuis plusieurs mois, Politis travaillait à un plan de reprise. (...)