Le Projet SOL

samedi 23 novembre 2002
par doublesel
popularité : 18%

Une monaie sociale

Jean-Philippe POULNOT présente le projet SOL : " Il s’est développé pour répondre à plusieurs objectifs : réconcilier l’économie avec les dimensions humaine, éthique et politique ; rendre visible les structures de l’économie sociale et solidaire ; fidéliser les adhérents ; favoriser le développement de nouveaux modes d’organisation. Cette initiative entend replacer l’économie au rang de moyen et non de fin. Pour y parvenir, le projet propose de créer une monnaie sociale affectée à un circuit économique spécifique qui se reconnaît dans les principes de l’économie Sociale et Solidaire. Mis en œuvre, dans un premier temps, sur Internet à titre expérimental, la monnaie SOL serait à terme, utilisable sur des supports physiques (papiers, mailings…) et des supports de type carte à puce. Cette monnaie affectée pourrait s’acquérir de trois manières différentes : en achetant des biens et des services auprès de structures de l’économie sociale et solidaire ; en réalisant un acte civique qui bénéficie à l’ensemble des structures participant au SOL ou, enfin, en accomplissant un acte solidaire. Plusieurs modes d’utilisation de cette monnaie peuvent être envisagés : l’achat de produits et services sélectionnés en fonction de leur nature et/ou d’une labellisation par le réseau des SOL, le financement d’un projet ou encore l’affectation volontaire au financement d’une cause commune."

source :
- Centre des Jeunes Dirigeants et des Acteurs de l’Economie Sociale
- CJDES
- 43, rue de Liège - 75008 Paris
- tél : 01.42.93.55.65
- fax : 01.42.93.55.19. http://www.cjdes.org


Commentaires

Logo de Claudèle Domingue
dimanche 24 novembre 2002 à 15h14, par  Claudèle Domingue

Bonjour
Je fais partie d’un collectif qui tente d’initier un système d’échange local dans un quartier de l’arrondissement St-Hubert, ville de Longueuil au Québec

Croyez vous qu’un système de monnaie clandestin, diffusé sur Internet en réseau avec une majorité de collectifs déja actifs dans l’échange peut faire l’objet d’accusations en vertu des lois fiscales des États.
Ici au Québec, le Crédit social fait figure d’utopie et a fait l’objet de dérision après l’époque de Réal Caouette. En Montérégie, Dans la région même de Rougemont( berceau du crédit social)les intervenants socio-communautaires de l’État( employés par les CLSC Centres locaux de services communautaires ) et ceux de l’action communautaire autonome ne semblent pas accorder d’importance à ces initiatives de troc. J’ai découvert une liste de SELS Québec, plus de 10 réseaux SEL dans le grand Montréal et le JEU de Québec . En fait avant de découvrir SELIDAIRE sur Internet, je ne me doutais pas qu’il y avait autant de citoyens dans le monde à promouvoir l’économie solidaire.

Je travaille en CLSC comme organisatrice commuautaire et je suis liée à un code d’éthique comme employée de l’État. Je suis très préoccupée par la difficulté de sortir l’échange local de la clandestinité.
Si votre projet SOL propose une monnaie à plus large échelle, je crois qu’il devrait proposer un cadre de discussion sur les responsabilités citoyennes de l’économie et l’urgence de démocratiser le pouvoir d’achat. Je ne travaille que depuis 12 ans en développement communautaire et suis très inquiète de l’appauvrissement chronique. La perte dramatique de pouvoir d’achat dans les réseaux actuels du commerce privé, l’endettement, l’exclusion, la pénurie de logements abordables... justifient la créativité et la dignité de l’échange local . C’est pourquoi le crédit social m’intéresse.

Je me demande simplement comment tous ces réseaux pourront continuer de se structurer sans l’intervention de contrôle des États assujettis aux ententes mondiales de commerce.

Comment légitimer nos réseaux sans faire l’objet de campagnes de peur sur le travail au noir ?
Il me semble que les initiateurs et les membres du Projet Sol seront plus crédibles s’ils font des liens avec les tentatives de démocratiser les banques,les actions en bourse( Projet de Taxe TOBEN), les idées et les réseaux du Sommet des Peuples (Québec 2001)en alternative au pouvoir abusif des entreprises transnationales dans les économies locales.
Au Québec, un Collectif d’assistés sociaux et de supporteurs a réuni 2000 signatures pour déposer un projet de loi pour éliminer la pauvreté en même temps que la marche mondiale des Femmes en 2000. En 2002, ils ont fini par obtenir un projet de loi à la chambre des communes (projet de loi 112) : un bon début pour poursuivre le débat sur la responsabilité de l’état dans l’accès universel au pouvoir d’achat local.

Je suis très novice dans l’implantation des SEL. A Saint-Hubert, au Québec, la Table de Concertation sur la Sécurité alimentaire en a fait un plan d’action financé par le programme régional de Sécurité alimentaire. Le CIEL Collectif d’investissement et d’échange local vise à rallier le plus de citoyens possible, à faible revenus comme les mieux nantis pour contrer la dépendance chronique à l’assistance alimentaire et augmenter le pouvoir des gens sur leur vie.
Nous devrons démontrer que cet investissement( salaire modeste d’un poste de coordination) peut outiller les pratiques de lutte à la pauvreté dans une approche de véritable réinsertion sociale et économique.

Merci Claudèle Domingue.

Brèves

11 juin 2012 - Un site dédié aux infos sur les monnaies complémentaires

http://www.scoop.it/t/social-currencies Une vrai porte ouverte à toute l’info générée par les (...)

18 septembre 2009 - LE SEL du CANTAL : "FOUCHTRA"

Un des SEL du Cantal s’appelle bien "Fouchtra !", tel 04 71 48 62 93(+ Route des Sels) Pour (...)

29 août 2009 - Les selistes et les partenaires du JEU, invités à se mobiliser en cas de pandémie de grippe A

Comment faire ses courses en cas de grippe A(H1N1) ? Où stocker ses provisions ? Qui appeler à (...)

3 avril 2009 - "Voisins solidaires", les uns des autres

Le 25 mars, la ministre du Logement, Christine Boutin, a lancé officiellement l’opération Voisins (...)

17 février 2009 - C’est le moment ou jamais... ! Les S.E.L.

Un livre écrit le siècle dernier , mais plus d’actualités que jamais...La crise... ! Moi pas (...)