ECOFESTIVAL 2005 à Moisdon la Rivière les 23-24 juillet

mercredi 13 juillet 2005

L’ Ecofestival et l’ université d’été 2005

Vivre Bien … Simplement

Moisdon la rivière : 23 - 24 juillet Université d’été : 25 – 27 juillet tél : 02 40 07 63 68

L’association "HEOL la maison autonome" propose tous les 2 ans en alternances avec d’autres écofestivals, qui rassemblent plusieurs milliers de personnes et plus de 100 exposants sur l’habitat écologique, les énergies renouvelables, le gestion de l’eau, les agricultures organiques, la santé, l’alimentation, l’éducation, etc.

De plus en plus d’artisans respectent, dans leur travail, l’environnement naturel et humain. Les élus aussi s’interrogent. Les citoyens s’engagent personnellement dans de nombreuses associations ciblées.

L’Ecofestival est ce brassage social où l’on prend conscience que l’écologie n’est pas réservée à une minorité militante mais concerne chaque citoyen dans sa vie quotidienne.

Les nouvelles technologies présentées sont une chance pour la planète. Notre vigilance et nos compétences sont les meilleurs garants d’un développement planétaire, adapté, maîtrisé et partagé.

La fête, les musiciens, les spectacles, les animations (cirque pour enfants), les ateliers, les échanges multiples, contribuent à créer une ambiance où le « courant passe » en rechargeant nos espoirs de vivre autrement.

Conférence avec Patrick VIVERET à l’université d’été 2005Conseiller scientifique d’ATTAC Directeur de la revue Transversale Conseiller à la Cour des Comptes

Reconsidérer la richesse être le chef de projet de sa propre vie

Nous vivons une période où l’on mesure de plus en plus , en France comme au niveau mondial, à quel point la logique économique, devenue surtout financière, échappe aux finalités communes et à l’emprise démocratique. C’est bien le devenir de notre société qui est en question.

Devant un tel constat, s’interroger sur ce qui fonde la comptabilité publique et la représentation de la richesse n’est pas un luxe. Pour constater par exemple que les boussoles qui servent à nous parler de la croissance sont faites en dépit du bons sens commun. Ainsi le PIB qui comptabilise de manière positive, c’est à dire comme la production de richesse, des activités engendrées par les accidents de la route, par la catastrophe de l’Erika ou par la maladie de la vache folle témoigne d’une société qui tourne à l’envers. Surtout quand à coté de cela, on considère les associations comme ponctionneuses de richesse puisqu’elles osent demander de l’argent public pour faire vivre la solidarité, la prévention en matière de santé ou la protection de l’environnement.

Nous savons, en tant qu’acteurs dans la vie associative, dans l’éducation populaire, dans l’économie sociale et solidaire, que nous contribuons, par nos actions et nos paroles, à enrichir cette société en lui donnant du sens et en développant de multiples activités ou services.

Il est temps que les regards changent.


Sur le Web : ECOFESTIVAL2005