Mes voeux sur la monnaie.

mercredi 25 janvier 2006

A mes amis bonne année

par François Plassard

Il y a des années que j’exprimais souvent en public que la monnaie avait pris le statut de langage ou de grammaire des échanges entre les humains et que cette "grammaire" etait perverse ( la troisieme fonction de la monnaie qui permet l’interet faisait déjà debat au 13 eme siecle et a été à l’origine de la création du purgatoire !) Peut-on exister sans parler ?. La monnaie n’est pas un outil "neutre" comme nous l’entendons souvent.

A force de cotoyer l’incredulité et de passer pour un "heretique", (ethimologiquement ne voulant pas participer à la croyance collective, combien de milliers d’heretiques brulés vifs au 14 eme siecles), j’ai changé de registre pour dire la meme chose par des contes qui font parler par exemple des anges venus d’ailleurs ! L’un de ces contes a d’ailleurs été publié dans le livre le Titanic de N.Hulot, qui a eu le record de vente pendant trois mois des chaines Relay, etc

Aujourd’hui une association s’est créée sur ce débat de fond : ADED (association pour les droits economique et démocratiques, voir site internet) Ouf , je me sens cette fois toujours un heretique, mais relié ! Déjà les 40 000 citoyens pratiquant le Sel ont un avantage sur les autres pour comprendre les dérives prises par la création monétaire qui échappe au bien commun en toute impunité ! S’ils savent faire le lien entre leur pratique et la réflexion sur leur pratique, bien entendu !

Encore deux minutes d’attention et vous allez comprendre de quel coté se trouve l’heresie et l’Inquisition. Par le jeu du miroir et du débat contradictoire, la stratégie non violente qui a fait ses preuves historiquement, peut recolmater les digues qu’a fait crouler le Tsunami des forces inquisitrices mondialisante du marché, mettant en danger ce qui nous rend humain ;Par exemple notre initiative des universités citoyennes du temps choisi pour dériver l’énergie sociétale sur des activités non marchandes et riche de sens localement...etc.

Cordialement

Francois Plassard heretique non violent, association des différences fécondes ADF, et en Cevennes, terre d’Inquisition et de refuge, asso

HEC : Haute ecole du Conte.

PS : les actes des rencontres d’ADF du 9 Novembre à la Chartreuse de Villeneuve les Avignon "Pas d’environnement sans une autre économie" seront bientot disponible ( florence.jullion@wanadoo.fr)

Le logo de TRANSVERSEL

La question de la création monétaire que nous abordons ici est une des plus importantes, sinon la plus importante, à laquelle soit confrontée l’humanité et elle vous concerne comme elle nous concerne tous.

Trop de choses vont mal dans le monde comme la pauvreté, le chômage, les déficits budgétaires, l’endettement des entreprises et des particuliers. Aucun esprit sencé ne pourrait le contester. Inutile,donc, de s’y attarder par une longue description : il est préférable d’en trouver la principale cause et de la supprimer. Le raisonnement que nous vous proposons de suivre est d’une scandaleuse simplicité.

Il s’effectue en six étapes.

Première étape

Le peuple est à l’origine de tous les biens et services disponibles dans le commerce. Si vous en êtes d’accord, passez à la deuxième étape.

Deuxième étape

S’il n’y avait rien à acheter, la monnaie n’aurait aucune valeur. Autrement dit c’est la présence des marchandises dans les magasins qui fait la valeur de la monnaie. Si vous en êtes d’accord, passez à la troisième étape.

Troisième étape

Parce qu’il est producteur de toutes les marchandises qui font la valeur de la monnaie, le peuple est lui-même à l’origine de la valeur de la monnaie. Si vous en êtes d’accord, passez à la quatrième étape.

Quatrième étape

Aïe ! jusqu’à présent tout est allé très vite. Cette fois, il y a un (petit) préalable à surmonter. Savez-vous ce que signifie l’expression " créer la monnaie ", tout simplement mettre en circulation de la monnaie nouvelle venant s’ajouter à celle déjà existante. Ainsi en 1960 la monnaie en circulation en France (ou masse monétaire) convertie en euros était équivalente à 14 milliards d’euros. En 2004, en raison de l’inflation et de l’augmentation de la productivité, la masse monétaire est de 455 milliards d’euros. Il a donc fallu créer 441 milliards d’euros. Eh bien, puisque nous avons conclu à la troisième étape que le peuple est à l’origine de la valeur de la monnaie, nous affirmons que, seul, le peuple était en droit de créer cette monnaie lui revenant de plein droit. Si vous en êtes d’accord passez à la cinquième étape.

Cinquième étape

Aussi surprenant que cela paraisse, l’accroissement monétaire de 441 milliards n’a pas été mis en circulation par l’institut d’émission (ou banque centrale) dont c’était la fonction d’émettre au nom du peuple. Pour compenser cette défaillance, la nation (Etat, entreprises et particuliers), s’est endettée auprès des banques privées. Celles-ci sont parvenues à s’emparer du droit de créer la monnaie par jeu d’écriture et à faire légaliser leur privilège. Avec le cumul des intérêts depuis des décennies, il en coûtait en mai 2004 un endettement public et privé de 1700 milliards d’euros dont les intérêts se montent à 80 milliards d’euros par an. Pour que les droits et les intérêts du peuple soient respectés, nous demandons :

Que soit rendue à l’institut d’émission sa vocation première de créer la monnaie. Que soit retiré aux banques commerciales leur pouvoir de créer la monnaie en leur interdisant de prêter plus qu’elles n’empruntent. Si vous en êtes d’accord passez à la dernière étape, sinon.....c’est bien dommage de décrocher si près du but.

Sixième étape

Deux prix Nobel : Irving Fisher aux Etats-Unis et Maurice Allais en France sont parvenus aux conclusions énoncées ci-dessus. Nous pouvons affirmer que les conclusions précédentes constituent le fondement de l’économie monétaire que l’université ignore superbement ! La connaissance économique n’a d’utilité que si elle est prolongée par l’action pour améliorer la condition sociale. Notre association agit en informant les citoyens et en intervenant tant auprès des élus que des responsables à tous les niveaux. Refuser l’inacceptable est un devoir citoyen. Vous pouvez exprimer votre refus en soutenant l’Association pour les Droits Economiques et Démocratiques.

En conclusion , merci ADED

Une histoire pas croyable !

Raccourci sur une énormité

La terre est peuplée

Par deux catégories d’humains

L’ Immense Majorité de ceux

Qui produisent toutes les richesses

Par leur travail

Et l’ Infime Minorité des banquiers

Qui produit tout l’argent

Par jeu d’écriture.

Pour consommer ce qu’elle produit

L’Immense Majorité

Emprunte tout l’argent

A l’Infime Minorité.

Mais l’Immense Majorité

N’a pas compris

Un problème pourtant bien simple.

C’est que si on s’endette éternellement

Les taux d’intérêt

S’accumulent éternellement

Et on se ruine.

C’est aussi bête que ça

Au point que c’est pas croyable.

Et parce que c’est pas croyable

La fête continue

Pour l’Infime Minorité

A moins qu’un jour

Dans un éclair de lucidité

L’Immense Majorité

Ne réalise que parce qu’elle

Produit toutes les richesses

C’est à elle de produire tout l’argent

Par jeu d’écriture.