Liste du Jardin d’Echange Universel ou J.E.U.

samedi 8 mai 2004

JEU@yahoogroupes.fr

Cette liste est ouverte à tout le monde, pour discuter du JEU (Jardin d’Echange Universel).

pour s'inscrire

Site web du JEU


Vous pouvez participer directement au Forum du JEU :

http://sel.leforum.eu


C’est quoi le J.E.U. ?

Le JEU, réseau d’échange décentralisé, comporte 2 points essentiels :

- comptabilité individuelle
- accès à l’échange libre et inconditionnel.

Il n’y a pas d’adhésion. Il ne paraît pas juste de vendre à quelqu’un ce qu’il possède déjà par nature, à savoir l’ensemble des aptitudes qui nous permettent de nous rencontrer, de nous mettre d’accord et donc d’échanger. Nous sommes déjà tous des partenaires du JEU, sans le savoir.


Propositions pour démontrer notre souveraineté dans un exercice libre et inconditionnel de nos échanges.

Un réseau sans centre et sans frontière, permet de faire l’économie d’une comptabilité centrale.

Cette fonction est répartie sur l’ensemble des partenaires.

Texte de l’atelier systémique

En 1940, Louis Even, directeur du Journal Vers Demain, écrit "L’île des Naufragés". Dans ce texte, Louis Even présente la monnaie comme un simple système de notation (et donc de mesure) de la valeur des biens et services échangés.

En janvier l995, avec en mémoire le petit dessin de cette "Ile des Naufragés" et l’aide de Jean Rocheron président du SEL 66, j’introduis la feuille de richesse (feuille de compte personnelle) dans notre S.E.L. (Système d’Echange Local), le SEL 66.

En janvier 1998, je présente le JEU, (Jardin d’Echange Universel) dans une lettre circulaire adressée à tous les SEL de France. Le JEU est le prolongement de la feuille de compte.

En pratique, dans le JEU, chacun tient ses comptes personnellement sur un simple carnet (il n’y a pas de modèle imposé, un cahier d’écolier peut faire l’affaire si les comptes sont clairs, mais l’usage semble consacrer depuis quelques mois un carnet comportant 200 cadres). Un centre comptable n’est plus nécessaire (il fait double emploi avec la feuille de compte). L’individu affirme ainsi sa souveraineté sur sa création de richesse et la création des unités de mesure correspondantes.

En supprimant le centre (comptable) on supprime également les frontières, le JEU devient universel (tout en gardant pour priorité le développement personnel et local). Il n’y a plus d’association, ni d’inscription ni de cotisation. Du même coup... l’exercice de l’échange devient libre, gratuit et inconditionnel. Il me semble important de revendiquer un libre droit d’accès à l’échange. On ne vend pas à un homme, ce qui lui appartient déjà, ce dont il est constitué, ce qui lui permet d’exister (le même argument est à opposer aux brevets sur les manipulations génétiques). En effet, l’accord, l’échange naît avec l’homme, avec ses aptitudes les plus intimes. Cet accord est fait de la communication et de la créativité des deux partenaires (et des attentes, espoirs, postulats ou pensées positives associés à cet accord).

On n’adhère pas à une association pour respirer ou pour aimer En renonçant à affirmer sa souveraineté et à ce droit à établir des accords en toute liberté, l’homme renonce à respirer au niveau social et se retrouve esclave étranglé par la misère. Les chiffres, les unités de valeur ne servent qu’à préciser, mesurer. habiller cet accord pour qu’il soit fiable et présentable. Les autres partenaires en reconnaissant cet accord lui donnent une civilité. Je considère donc que le libre exercice d’un accord chiffré est un droit de l’homme. C’est notre héritage. Il n’est pas nécessaire d’en référer à un centre de contrôle, la présomption de bonne foi me paraît suffisante. Pourquoi tout de suite penser à une fraude possible (de la part de l’autre, bien évidemment) ?

En résumé, une fois l’accord établi par deux partenaires, il suffit qu’un troisième soit aussi d’accord. Ce troisième partenaire fera naître la monnaie dans sa dimension sociale. La monnaie naît et devient universelle par tous ces accords successifs.


Sur le Web : Le J.E.U.