les bioslowfood ou le début d’un débat...

mardi 10 juin 2003

> [...] > Comme il y a la route des stages, la route des Sels, > il pourrait y avoir la liste des CORPS en France > organisant des bioslowfood. > On pourrait inviter à cet atelier le reseau des AMAP > (alliance pour le maintien del’agriculture paysanne, > contrats agriculteurs-citadins) > Qu’en pensez vous ? > Qui serait interessé par cet atelier à Salvagnac ?

Et OUI, Jean Paul D. vient nous dire ce qu’il en pense

intéressé ? C’est certain.

Mais c’est un peu faible...

Ecrire " impliqué " serait plus juste.

Mais pas encore dans les bioslowfood. Un lien ténu est établi par un ami, mais les réseaux pas encore connectés. Mais ...ça viendra !

Impliqué, évidemment, je le suis, mais ne suis pas seul. Heureusement.

Des réseaux se développent en se ramifiant, se connectent avec des réseaux existants, et deviennent peu à peu adultes et responsables.

Mais même en appuyant à fond sur les pédales, je trouve que ça ne va pas encore assez vite.

Je suis sans doute trop impatient.

En pleine action, à fond la caisse, le nez dans le guidon, je manque hélàs souvent de recul.

De plus, sur la route, il y a des cailloux... je l’avoue volontiers, parfois je me fais des frayeurs.

Et je n’ai guère le temps de regarder dans le rétroviseur ; ce serait imprudent.

C’est pourquoi chacune des rencontres, fin août, est bénéfique.

Comment je procède ?

- 1 je récapitule les faits,
- 2 je les passe au crible de mon analyse personnelle,
- 3 j’expose faits et analyse devant autrui,
- 4 je soumets mon analyse aux critiques,
- 5 j’écoute attentivement les expériences des autres,
- 6 j’apporte ma contribution à leur analyse,
- 7 je tente de faire une synthèse,
- 8 je laisse un peu affiner ce bon fromage, car les temps intermédiaires sont importants,
- 9 et enfin je peux en consommer, chaque jour de l’année qui suit, un savoureux petit morceau qui me réjouit le coeur et me donne du tonus.

Je ne sais, François, s’il s’agit d’une méthode ou simplement d’une recette ;-) mais ça fonctionne bien !

Je l’appliquerai donc, cette année encore, à nos actions locales gapençaises en cours.

Ces expériences peuvent servir de point de départ à de fructueux échanges, et recevront vos contributions avec profit.

De plus c’est d’accord, dans un autre atelier nous tenterons de situer cette action locale dans le mouvement - global - qualifié dorénavant d’altermondialiste.

Ma participation au FSE 2002
- Forum Social Européen de Florence - où j’ai présenté
- non représenté ! - SEL’idaire ( puisque ceux qui s’étaient proposé à Arbusigny pour le faire s’étaient désistés ) et plus particulièrement les ateliers concernant l’économie sociale et solidaire m’ont apporté un élairage utile et révélateur de ce qui advient peu à peu grâce aux différents acteurs.

Je vous propose ce matin, un autre thème d’atelier :

" SEL, mouvements sociaux, non-violence active, et désobéissance civique : si nous les interconnectons, enfreignons-nous les principes exposés dans nos chartes ? "

toujours en partant d’un cas concret, celui du CORPS de Gap, que je déposerai sur le tapis à Salvagnac, au centre de cet atelier, ...si vous le voulez bien.

- tapis fractale aux couleurs d’arc-en-ciel, image de ce que devient peu à peu SEL’idaire et que je souhaiterais devenir modèle d’une société qui sache conjuguer avec harmonie l’unité et la diversité - termes chers à Daniel.

Je tenterai ensuite de situer tout ça dans son contexte international, et dans celui du réseau des réseaux,

ou du système des systèmes,
- dont chacun de nos groupes et chacun de nous est un sous-système -

tant il est vrai que,
- à l’instar des objets mathématiques - la nature d’un système est entièrement définie par ses liens aux autres : englobés, englobants, adjacents, interférents.

J’aurais bien envie et besoin de parler systémique avec vous, mais pas de manière fumeuse... Ce n’est donc pas évident.

Et de l’aspect "Mouvement d’Education Populaire" de nos SELs et de SEL’idaire, aussi.

Encore ?

Que pensez-vous d’un atelier ( ou deux ? ) sur

" Relations entre SEL et les élus locaux et relations entre SELidaire et le pouvoir. "

Il s’agit d’un sujet fort délicat, j’en conviens.

Je pourrais apporter un ou deux cas concrets de départ...

mais... nombreux sont ceux qui le peuvent aussi.

N’est-ce pas, François ?  ;-)

Un peu provocateur,
- mais c’est pour vous réveiller en fin de ce trop long message -

je vous adresse à tous
- en particulier à François -

mes salutations matinales amicales,(écrit à 6 heures du mat...)

sans oublier... la bise à chacune !

Bonne journée !

votre serviteur, le chamois selidaire.